Inscription Connexion Flux rss Plan du site

Quel type de couche choisir : couche bébé lavable ou couche jetable ?

Le 07/05/10 par cyrill.e

Couches lavables ou couches jetables ?

Grande question qui taraude les jeunes mamans un jour ou l’autre ? Quels sont les avantages des couches lavables ? Leurs défauts ?
Petit résumé des plus et des moins des couches lavables et des couches jetables.

Les couches jetables

  • L’impact environnemental de la fabrication des couches

Les couches jetables sont composées de fibres blanchies de cellulose (1/3) et de sous-produits du pétrole (2/3). Près de 27 kg de pétrole sont nécessaire pour fabriquer les couches utilisées pendant un an par un bébé.

  • La production de couches = production de déchets

Selon une étude réalisée en Belgique, les textiles sanitaires (couches-culottes, produits pour incontinence…) représenteraient 8% du poids moyen d’une poubelle. Sur un an, l’utilisation de couches jetables engendrerait une production de près de 440kg de déchet par enfant soit plus de 1000 kg en 2 ans et demi.
En France, 10 millions de couches sont utilisées par jour soit 4 milliards par an !

Les couches lavables

  • L’impact environnemental de la fabrication et de l’utilisation

Produire des couches lavables peut être très polluant si les couches sont fabriquées en coton non bio. En effet, le coton est actuellement une des cultures qui utilisent le plus de pesticides. Le lavage implique une consommation d’eau et d’énergie ainsi qu’une pollution des rivières par les détergents.

  • La production de déchets

Selon France Nature environnement, sur 2 an et demi, « l’utilisation de couches lavables engendre environ 150Kg de couche principalement en tissu qui pourront être réutilisé pour d’autres bébés ».

Choisir entre Couche lavable et couche jetable

« Best Foot Forward » a montré que l’empreinte écologique des couches lavables est inférieure à celle des couches jetables quel que soit le mode de lavage.

Types de couchesEmpreinte écologique (en m²)
Couches jetables4300 m²
Couches lavables lavées à la maison2300 m²
Couches lavables lavées par un service de nettoyage1600 m²

Ce résultat est nuancé par une analyse du cycle de vie réalisée par le DEFRA (service de l’agence Anglaise de protection de l’environnement EPA) qui indique que les couches lavables sont plus écologiques seulement si elles sont lavées dans de bonnes conditions (machine réalisée à pleine charge ou séchage à l’air libre…). Mais l’étude montre qu’il est possible de réduire de 40% l’impact écologique des couches lavables en :

  • utilisant pas de sèche linge pour sécher les couches lavables
  • lavant ses couches dans une machine économe
  • ne réalisant pas sa lessive à une température supérieure à 60°C
  • lavant les couches lavables à pleine charge
  • réutilisant ses couches lavables d’occasion pour ses autres enfants

De son coté, le Crioc (Centre de recherche et d’information des organisations de consommateurs, Bruxelles) indique qu’il  est aussi possible de réduire l’impact des couches lavables en employant une lessive écologique pour le lavage et en privilégiant des couches en tissu (coton, chanvre…) bio.

A lire également :

Poster un commentaire
  1. manu dit :

    bonjour.
    c’est sur les couches lavable est loin d’êtres écolo

  2. Madame21 dit :

    @sylvaine : le côté écologique ou pas d’un produit ne dépend pas que de son élimination ou recyclage mais comprend encore en amont les phases de fabrication et d’entretien ou d’utilisation au quotidien.
    Dans le cas d’une couche lavable, il faut considérer : la méthode de fabrication du tissu (par ex. il semble que la fabrication de la fibre de bambou est une vraie catastrophe écologique), le transport des matières premières, les conditions de lavage et séchage (lavage long cycle à 60 ou 90 degrés et séchage en machine chaque semaine ou plusieurs fois par semaine = grosse consommation électrique) etc. Tout ceci fait que des couches lavables peuvent être beaucoup moins écologiques que les jetables.

  3. sylvaine dit :

     Bonjour,
    j’utilise depuis 20 mois des couches lavables de façon mixte pour ma fille et je n’ai pas plus de fuites qu’avec des jetables (en particulier pendant l’allaitement avec les selles très liquides), seulement il faut pafois rajouter des épaisseurs de tissu surtout la nuit. Je confirme, bien que je n’y croyait pas au début, que ma fille a été propre tôt (on a eu du mal a comprendre qu’elle demandait le pot). Je suis étonnée par les études qui concluent que les couches lavables ne sont pas si écologiques que ça: on ne se pose pas la question de jeter nos vêtements plutôt que de les laver! 

  4. Madame21 dit :

    Cher Cyrille et chers parents laveurs ou non,
    Ayant déjà développé mon avis sur le sujet à la fois dans un article< et en particulier dans un commentaire argumenté de l'article d'une maman laveuse, je voulais juste vous faire part d’une marque de couches 100% biodégradables fabriquées en Allemagne que j’utilise actuellement pour mes 2 petits à pleine satisfaction (même le sac qui contient les couches est biodégradable) : Delora. Personnellement, je n’utilise plus que ça après une phase par les Wiona que j’ai vite abandonnées car j’avais 1-2 fuites par jour.
    Sinon, une piste très intéressante à suivre pour les parents écolos est l’hygiène naturelle de l’enfant, car là, vous pouvez presque rêver du zéro couche si vous parvenez à appliquer la "méthode" ! PetitBébé21 avec qui j’essaie un peu le HNI a maintenant plus de 6 mois, et j’ai dû nettoyer ses fesses pleines de caca moins d’une demi-douzaine de fois : tout le reste a été "attrapé" dans la cuvette des toilettes même s’il fait minimum popo une fois par jour. Tiens, il faudra que je fasse un article à ce sujet un jour… :)
    @Perrine : pour savoir où concentrer nos efforts écologiques, le calculateur du site leclimatentrenosmains. Le climat entre nos mains peut être un bon départ. Après avoir répondu à plusieurs questions réparties en thèmes (ménage, logement, mobilité, consommation…), on peut voir notre consommation en équivalent CO2 et une liste d’actions ou d’engagements nous permettant de devenir (ou de rester) Kyoto-compatible.

  5. cyrille dit :

    Bonjour Perrine,

    merci pour votre commentaire positif sur le site :-)

    Merci aussi pour votre réponse sur la viande.

    Concernant le lave-vaisselle, c’est vrai que je n’ai trouvé aucune ACV sur ce sujet sur le site de l’Ademe. Les études sont souvent réalisées par des constructeurs.

  6. Perrine dit :

    Bonjour,
    Merci pour votre réponse. En effet, c’est à chacun de faire ses choix, mais en connaissance de cause, et c’est en ce sens que le coût environnemental réel de nos gestes au quotidien devrait être mieux connu.
    Combien j’ai vu, sur les forums de parents "nature", de mamans se féliciter de ce que leurs couches lavables passent au sèche-linge?
    Et pour ce qui est de la vaisselle au quotidien, j’attends toujours de trouver une étude sérieuse qui me montre, compte-tenu de l’ensemble du cycle de vie (fabrication, recyclage) de la machine, si le lave-vaisselle est vraiment plus respectueux de l’environnement que de faire sa vaisselle à la main.
    Pour le coup, votre site est un des rares vraiment honnêtes et objectifs sur ces questions, sans non plus tomber dans le travers de stigmatiser les comportements des gens.
    Pour répondre à votre question : nous lui donnons de la viande et du poisson puisqu’il est dans son 7e mois et qu’à son âge leur consommation est recommandée, mais pas forcément tous les jours (voir le tableau de diversification alimentaire officiel page 19 .sante.gouv.fr/htm/pointsur/nutrition/nais_3ans.pdf

  7. cyrille dit :

    Bonjout Perrine,

    merci beaucoup de faire un retour sur cet article et de partager votre expérience.

    C’est très intéressant. On en discutait récemment avec Cerise et nous nous disions que la préservation de l’environnement n’est pas une compétition.

    Libre à chacun de faire des actions en fonction des ses affinités et de ce qu’il juge adapté à sa situation.

    Chauffer un peu moins me semble être une bonne solution, limiter ses voyages en avion quand cela est possible aussi…

    Au niveau de la viande, vous ne lui en donnez pas du tout ?

  8. Perrine dit :

    C’est un peu tard que je réponds, mais cela fait aujourd’hui 6 mois que nous utilisons des lavables (en mixte avec des jetables depuis que  notre fils va chez la nounou), et mon verdict, c’est que je les déconseille.
    Elles sont en effet très contraignantes d’utilisation et les fuites sont fréquentes!
    Bref, beaucoup de contraintes pour gagner quoi? l’équivalent de CO2 dépensés pour 1000km en voiture, d’après les conclusions de l’étude 2008 de l’agence de l’environnement anglaise.
    Nous préférons mon mari et moi étudier d’autres pistes pour gagner sur l’écologie tout en élevant notre enfant:
    – chauffer moins et couvrir notre fils davantage,
    – ne pas lui faire manger de viande ou de poisson juste pour lui faire manger de la viande et du poisson, trop tôt
    – ne plus prendre l’avion…
    – ne pas lui donner de bain tous les jours (un bébé qui ne marche pas encore ne se salit pas!)

  9. LGV dit :

    merci pour ces précisions. Je pense que les lobbies industriels font tout pour que l’on garde la mauvaise habitude d’utiliser des couches jetables. Les polluants nécessaires à la fabrication des couches jetables sont très polluants, avec une grande diversité de produits chimiques. Par contre, bravo pour avoir détaillé que les couches lavables ne sont pas 100% propres et qu’elles impliquent une utilisation respectueuse de l’eau et des détergents. Je suis un papa qui utilise des couches lavables , mais je les lave avec des noix de lavage
    Pour finir je pense que l’on peut tout de même dire que les pesticides utilisés pour la culture du coton "non-bio" sont largement compensés par les produits chimiques utilisés en grand nombre dans les couches jetables. Mais bien sûr, l’idéal est d’en utiliser le moins possible. Alors vive les couches lavables bio lavées à 30° avec des lessives écolos (comme celles que vous comparez dans votre article)

  10. cyrille dit :

    Il ne semble pas y avoir de couches 100% biodégradables. J’ai regardé aussi une autre marque "nature babycare". Ils indiquent qu’ils utilisent des ressources renouvelables à chaque fois que c’est possible mais précisent que leurs couches ne sont pas 100 % biodégradables.

    Ils apportent aussi une réponse à ma question sur le compostage et note qu’à l’instar de toutes les autres couches jetables, leurs changes ne se prêtent pas au compostage personnel notamment car les excréments humains contiennent des bactéries qui peuvent contaminer l’eau mais aussi car leur couches….. ne sont pas 100 % biodégradables.

    Merci Manu pour les précisions que vous apportez sur l’intérêt économique des couches lavables. Est-ce que ce n’est pas trop contraignant à utiliser au quotidien (lavage….).

  11. frédéric wetzel dit :

    Je ne suis plus concerné par les couches, si un peu quand même! car mon épouse et moi-même gardons nos petits enfants toute la semaine et, je trouve cet article et vos commentaires sur l’impact environnemental des couches lavables ou jetables, très intéressants.

  12. manu dit :

    J’utilise des couches lavables pour ma fille de puis 1an et demi. Très pratique, un peu plus de boulot pour les machines et étendre les couches, mais on si fait vite. Très peu de problème de fuite. Je déconseille les couches avec scratch, plutot avec bouton pressoir.
    Nous avons achetté les couches sur eBay en lot de toutes tailles, jusqu’à ce qu’ele ne portera plus de couche. Nous en avons eu pour 400€ . Paraît que 2ans et demi de couches jetables couterait 2000€. Grosse économie donc.
    Nous avons beaucoup d’amis avec des bébés du même âge. A 1 an et demi, notre fille est déjà quasi propre. Elle a bein compris ce que sont les couches, nous dit quand elle a des selles et demandes le pots. Ce qui n’est pas le cas chez les autres bébés que je vois…

  13. Yann dit :

    Petit bémol à mon post:
    Couches Moltex: Fabriquées avec plus de 50% de matières premières biodégradables, elles sont plus blanches qu’avant mais toujours garanties 100% sans chlore.
    La pellicule imperméable micro aérée est 100 % biodégradable.
    les couches Wiona sont biodégradables à + de 66%. Les scratches et la partie absorbante en polyacrylate de sodium (SAP) ne l’étant pas.
    Ce n’est donc pas du 100% biodégradable….
     

  14. Yann dit :

    Il existe malgré tout des couches jetables "écologiques" qui ne sont pas blanchies au chlore, et qui sont biodégradables. Par contre je n’ai aucune donnée sur l’impact environnemental de leur fabrication.

  15. cyrille dit :

    Bonjour Perrine,
    Merci pour votre commentaire. Le document que vous avez cité a été actualisé. Voici la nouvelle version ://publications.environment-agency.gov.uk/pdf/SCHO0808BOIR-e-e.pdf
    En fait, vous n’avez pas vraiment été trompé par les fabricants car cette nouvelle version montre que si l’on utilise les couches lavables en respectant certains critères, je les ai tous précisés dans l’article, l’impact des couches lavables est bien inférieur à celui des couches jetables.
    Les couches lavables sont certainement plus contraignantes d’utilisation que les couches jetables mais je pense comme vous que cela doit être bien plus économique.
    Dans votre dernière phrase, vous mentionnez qu’il y a d’autres gestes plus simples pour protéger l’environnement quand on a un bébé. Est-ce que vous pourriez m’en dire plus. Je suis vraiment preneur de ce type de retour d’expérience.

    Yann,
    je pense qu’il doit être possible de réduire l’impact des couches jetables. J’ai habité pendant longtemps dans le sud de la France et il y avait une usine qui fournissait de la cellulose pour fabriquer des couches. Elle m’avait indiqué que le grand fabricant pour lequel elle travaillait souhaitait que les arbres utilisés pour produire la cellulose soit issus de forêts certifiées.
    Si elles sont non blanchies et biodégradables, cela doit certainement améliorer le bilan. Par contre, je n’ai pas de chiffres précis.

    Avec une amie qui vient d’avoir un enfant, nous nous sommes demandés par contre si l’on pouvait mettre les couches écologiques dans un compost. Quelqu’un aurait-il une réponse à cette question ?

  16. Perrine dit :

    Merci d’avoir cité cette étude anglaise! Elle n’est pas assez diffusée sur les sites francophones (les sites évoquant les couches lavables sont très partiaux à l’égard de ces dernières!)
    Voici le lien pour la lire « http://www.ahpma.co.uk/docs/LCA.pdf »
    Comme on peut le voir sur les graphiques de l’étude, le gain environnemental n’est pas si important si l’on considère l’ensemble des facteurs environnementaux (déchets, pollution de l’eau…)… Et quasi nul si on fait appel à une entreprise pour laver les couches plutôt que de le faire soi-même!
    J’utilise moi-même des couches lavables pour mon fils car elles ont d’autres avantages (jolies, économiques sur le long terme, stock toujours présent à la maison, sentent moins mauvais…) mais j’ai fait ce choix au début surtout pour des raisons écologiques, et j’ai vraiment eu l’impression, en découvrant sur le tard cette étude, que j’avais été trompée par les fabricants de ces couches.
    Les couches lavables ont le défaut d’être peu pratiques et il faut être sûr de son fait pour se lancer dans une telle aventure! Il y a d’autres gestes plus simples qui peuvent faire plus pour l’environnement.
     
     

Poster un commentaire

Laisser un commentaire

Je m'abonne au flux RSS des commentaires de cet article.