Inscription Connexion Flux rss Plan du site

Avec le Planetoscope, découvrez en temps réel létat de santé de la terre

Le 17/09/08 par belinunda

Si le site est très beau, les chiffres qu’il contient (plusieurs centaines de statistiques) font parfois très peur. Il permet de prendre conscience, une nouvelle fois, que notre planète et les espèces qu’elle abrite, sont en danger.
Le Planetoscope reporte, en effet, « en temps réel », des statistiques sur la disparition des espèces, notre production de déchets, notre consommation dénergie, la démographie, les transports, etc

A la vue des chiffres qui défilent sous nos yeux, on peut se demander sil va rester des choses sur terre dans un avenir proche.
Et cette question est légitime lorsque l’on saperçoit quau rythme dexploitation actuel, les réserves d’or ne sont que de 17 années, celles dargent
de 13, mais aussi que 15 à 37% des espèces auront disparu d’ici 2050 du fait du réchauffement planétaire et que cette perte de biodiversité nous coûte chaque année entre 1 350 et 3 100 milliards d’euros par an
Une foule d’infos instructives en un clin d’oeil.
Il est vraiment temps de
consommer autrement.
A découvrir en cliquant
ici.
Poster un commentaire
  1. Nathalie J dit :

    Hello

    Je connais un site un peu pareil , bien foutu aussi et assez instructif :) (en anglais)
    worldometers

    Bonne journée !

    Nathalie J-

  2. raul001z dit :

    Je suis allée faire un tour sur ce new site… et je dois dire que c’est pas mal foutu ! Certaines stats m’ont faire rire (jaune) comme le trou de la sécu en temps réel, d’autres m’ont carrément fait froid dans le dos (style les catégories « mortalité » ou « CO2″…). En tout cas, ça vaut le détour !

  3. Olivier dit :
    Bravo pour ce site ! ça fait vraiment peur par moment, on prend de plein fouet ces chiffres et on se rend compte que l’on est vraiment en train de réduire la planète en cendre… une bonne claque ! Faudrait que ce site soit diffuser dans toutes les écoles 🙂
Poster un commentaire

Laisser un commentaire

Je m'abonne au flux RSS des commentaires de cet article.