Inscription Connexion Flux rss Plan du site

Le rasoir "écologique" bic écolutions : un rasoir fabriqué avec un bioplastique issu d'OGM ?

Le 16/07/09 par cyrill.e

Il y a un peu plus de 6 mois, Bic sortait une nouvelle gamme baptisée Ecolutions qui visait à proposer aux clients des articles toujours plus respectueux de l’environnement.

Le premier produit de cette gamme a être mis sur le marché est un rasoir. En allant sur le site de la marque, chacun peut se rendre compte qu’il  possède certains atouts environnementaux comme :

  • un emballage en carton 100% recyclé et imprimé à partir d’encres végétales
  • une fabrication réalisée dans une usine certifiée Iso 14001
  • des émissions de CO2 réduites de 16g par rapport à un rasoir 3 lames équivalent dont le plastique est issu du pétrole.
Bic écolutions

Bic écolutions


Mais en lisant attentivement les documents présentés par Bic sur son site, tout le monde peut aussi observer que ce produit affiche un points noir et soulève une interrogation.

Le point noir : son prix

L’Ecolutions est vendu 20% plus cher qu’un rasoir 3 lames conventionnel mais 5 fois plus chers que le rasoir traditionnel orange de la marque.

L’interrogation : la plus value écologique de ce produit est-elle réelle ?

En effet, d’une part Bic ne nous donne pas de réponse précise et chiffrée à cette question importante : un rasoir jetable en agro-plastique est-il plus « écologique » et plus vertueux d’un point de vue environnemental qu’un rasoir « non écologique » mais non jetable ?

D’autre part et c’est selon moi l’élément le plus important, comme nous le montre cette citation tirée du site de Bic,  la marque ne peut pas garantir que l’agroplastique qu’elle utilise pour fabriquer son rasoir provient d’une source non OGM.

« Est-ce que le bioplastique contient des Organismes Génétiquement Modifiés ?

Actuellement, les ressources de bioplastique issu de maïs sont limitées. Les fabricants de bioplastique sont presque tous basés aux USA, pays autorisant librement la culture d’OGM.

Nous nous intéressons également à d’autres options comme celle des maïs non OGM pour la production de bioplastique que nous pourrions utiliser dans nos produits. »

Si c’est le cas, le rasoir Bic écolutions est-il vraiment un article plus respectueux de l’environnement et de la planète ? Pour moi, la réponse est non et je trouverais du coup que la démarche de Bic avec son rasoir Ecolutions deviendrait peu cohérente…

    Poster un commentaire
    1. René dit :

      En lisant cet article depuis sa parution, les recherches sur les bio plastiques ont évolué. Effectivement, fabriquer des articles à base de PLA (à base de maïs) s’avèrent des fausses solutions, voir du "green washing".                  Comment peut-on fabriquer des bio plastiques issus de ressources alimentaires sans provoquer un dommage colateral pour les populations dont le maîs est la base de leur alimentation. Comment peut on utiliser du maïs pour faire des bio plastiques sachant que l’une de nos ressources principale, précieuse et rare reste l’eau. Autre élément à prendre en considération, les bio plastiques à base d’intrants alimentaires ne sont pas biodégradables, mais uniquement compostables. Pour obtenir cette décomposition, il faut remplir certaines conditions dont la principale reste d’avoir une t° de plus de 50°C…Il est donc nécessaire d’utiliser des énergies principalement fossiles…Lors de leur compostage, les PLA ne dégagent pas de CO2, point relevé par BIC, par contre, ces derniers ommettent de dire que lors de ce compostage, c’est du méthane qui se dégage…Or, le méthane est un gaz à effet de serre 38 fois plus toxique que le CO2……Ou est donc le bilan écologique ? Sans vouloir tenir compte que les PLA sont fabriqués aux USA. Autre question d’actualité, pour la fabrication des PLA, des additifs toxiques doivent être ajoutés pour obtenir des qualités relativement passables reconnus par certains industriels…….Il n’est pas possiible, non plus, de recycler les PLA dans la filière du PET, cette dernière serait contaminée. Sachant que plus de 800’000 tonnes de PLA sont fabriqués, il y a urgence pour trouver une alternative aux PLA., autre polémique qui grandit suite aux dernières révélations et études sur les rats ayant "consommé" du maïs trangénitiquement modifié(OGM)….    Certains industriels se retournent dorénavent vers des solutions écologiques et environnementales proposées par de nouveaux bio plastiques dits de deuxième génération. Enfin et pour conclure, je ne vois pas les utilisateurs de rasoirs jetables faire un geste "environnemental" autre que celui de les mettre à la poubelle.

    2. cyrille dit :

      Au niveau des rasoirs jetables, je suis justement en train de préparer un article et faire un comparatif avec un vieux rasoir Gillette de type papillon que j’ai récupéré. Il appartenait à mon père.

      Je suis toujours en phase de test.

      Les points positifs, le rasoir est issu de la récup…, il dure longtemps et les lames sont très peu chères.

      Le principal point négatif, je trouve que les lames ont une durée de vie peu élevée . Leur efficacité de coupe dure peu longtemps, moins longtemps qu’un rasoir jetable. :-(

      Je me dis qu’un des moyens de palier à cet inconvénient serait d’aiguiser les lames régulièrement.

      On trouve sur le net de vieux aiguiseurs de lame de rasoir. Mais je ne sais pas s’ils sont  adaptés aux lames plates traditionnelles de ce rasoir.

      ou encore

      Je me demande aussi si certaines marques sont à privilégier pour la qualité et la durabilité des lames qu’elles proposent.

      Ps : Par contre, même si ce rasoir était produits avec un végétal OGM, lorsque le rasoir se dégrade, je ne suis pas certain qu’il participe à la dissémination de gènes OGM dans le jardin. Il me semble que s’il peut y avoir contamination, celle ci aura lien en aval lors de la culture du maïs.

      A vérifier.

    3. cerise dit :

       il y a heureusement encore de très bons rasoirs à lame changeable. parfois on dirait que tout ça n’existe plus qu’au profit du jetable qui n’hésite pas à se "verdir" plutôt que de disparaître…

    4. Adel dit :

      quand je lis le premier post de Marco qui écrit : "mais on s’en fout que le manche du rasoir soit fait de maïs bio ou pas puisqu’il va finir au compost…" je me sens obligée de réagir.
      vous vous demandiez s’il y avait des risques que nous ingurgitions des OGM sans le savoir et ce, malgré des réglementations qui les interdiraient pour l’alimentation humaine ? hé bien vous avez là un exemple de dissémination d’OGM incontrôlée, qui peut nous revenir via la consommation des légumes du potager sur lequel le terreau du compost a été répandu, via aussi l’eau des nappes phréatiques et l’alimentation animale (encore que, pour l’alimentation animale, le cap des OGM a déjà été franchi, malheureusement)…
      Pour moi, les OGM, c’est pas compliqué : c’est NON ! je n’en veux NULLE PART : ni dans l’alimentation animale, ni dans la fabrication d’objets jetables, ni dans les agrocarburants, ni dans RIEN.
      Il faut stopper les industriels et autres lobbies qui nous bourrent le mou pour nous imposer ces produits dont nous ne voulons pas. A bas Monsanto & co !!!
      Je suis bien d’accord aussi avec ceux qui ont dit que le mieux serait d’en sortir enfin de cette société du tout jetable. Pourquoi pas en revenir au bon vieux rasoir électrique reçu à Noël et qui dure plusieurs années ? il rase sans doute aussi bien et son prix finit par s’amortir vu sa plus longue durée de vie, non ? Messieurs amusez vous à faire le calcul de ce que vous coutent vos rasoirs jetables sur 1 an, 2 ans, 3 ans…
      Ce commentaire n’est pas une attaque personnelle contre Marco. Il est sain que nous apprenions à réfléchir aux conséquences de nos actes, même quand il s’agit de gestes banals de la vie quotidienne. C’est ainsi, me semble-t-il, que nous seront plus efficaces pour la préservation de notre planète.

    5. LGV dit :

      En réponse à Marco, on ne s’en fou pas du tout, c’est comme de dire qu’on s’en fou qu’ils foutent des merdes sur les céréales utilisées pour les agrocarburants parce qu’ils ne vont pas dans nos assiettes. La santé et le recyclage sont importants, mais la manière de cultiver l’est tout autant les pesticides, qu’ils soient pour les carburants ou pour les aliments se retrouvent dans nos rivières donc dans nos assiettes, les insecticides détruisent la biodiversité, peu importe si on les mange ou pas, ils sont néfastes pour notre survie. Les OGM, qu’ils soient recyclés ou non polluent les champs voisins et nous rendent dépendants des semenciers (majoritairement américains), sans parler des effets sur notre santé qu’on ne découvrira que lorsqu’il sera trop tard… Ainsi de savoir si Bic utilise des OGM ou pas est très importante, il n’y a pas de mur invisible qui protège les champs OGM des autres ! Et donc les rasoirs jettables ne sont absolument pas verts, ils ne sont qu’une production pour écolo non avertis avec le portefeuille bien remplis, on peut dire des bobos… Comme beaucoup, BIC surf sur le vert pour se faire plus d’argent ! En plus de ne pas être écolo, leurs produits aident à rendre la cause moins sérieuse ! Donc c’est pire !!!

    6. cyrille dit :

      @Pierre Alain

      Je pense que les industriels sont capables de réaliser des bilans carbone. En cotoyant certains d’entre eux, je trouve que les choses évoluent et qu’il y a aussi des groupes qui se bougent et qui essaient d’être transparents et honnête.

      D’ailleurs et je me répète, je trouve que la démarche de Bic est louable de dire ouvertement que leur rasoir est peut être fabriqué à partir de maïs OGM et le groupe essaie de trouver une autre solution. Ils doivent donc avoir pris conscience de la problématique et de l’impact que cela pouvait avoir sur leurs ventes.

      Pour le reste, je trouve que les rasoirs jetables sont les moins durables mais sont aussi malheureusement  les moins chers.

      De mon coté, j’utilise à l’heure actuelle les deux types de rasoir que l’on trouve en grande distribution (jetables et non jetables).

      Mais je trouve que le prix des lames des rasoirs non jetables est prohibitif.

      Les 8 lames du Quattro titanium de wilkinson coûtent 20 euros.

      Du coup, j’aimerais bien essayé le rasoir traditionnel à lame plate, il n’est pas jetable et ses lames ont un cout modique (10 lames pour moins de 2 euros…). Intéressant, mais j’espère que son rasage est efficace et qu’il n’abime pas trop la peau.

       

    7. cyrille dit :

      @marco
      Je salue vraiment les efforts qui sont réalisés par Bic pour proposer des produits plus écologiques.

      Je salue aussi les efforts de transparence de la marque.

      Après, je pense que pour réaliser et proposer des produits écologiques et durable, la marque doit avoir une démarche cohérente. Cela ne signifie pas que ces produits doivent être écologiquement parfaits.

      Mais la démarche doit être cohérente.

      Cela me semble le cas pour ces stylos écolutions par exemple en partie réalisés avec du plastique recyclé. Même si ces derniers ne sont pas encore rechargeables, il y a un vrai progrès.

      Mais pour ce qui est du rasoir, le fait que Bic ne puisse pas garantir que ce maïs ne provient pas d’une source non OGM est pour moi rédibitoire.

      Un seul maïs est autorisé à la culture en europe et il existe un moratoire en france sur cet OGM.

      En effet en janvier 2008, le Gouvernement a considéré qu’il existait plusieurs faits nouveaux, mettant en évidence le fait que le maïs génétiquement modifié MON 810 était susceptible de présenter des risques sérieux pour l’environnement.

      Je ne souhaite pas contribuer par mon acte d’achat au développement de la culture de végétaux OGM en milieu ouvert et favoriser ailleurs ce qui n’est pas autorisé chez nous.

      D’autant plus qu’il existe déjà d’autres solutions pour produire des agroplastiques sans OGM.

    8. L’utilisation de mais OGM rend le produit moins respectueux de l’environnement, de plus étant un produit par essence jetable il ne devrait certainement pas pouvoir revêtir l’étiquette « écologique » : cela relève de l’hérésie.
      Il reste d’ailleurs a prouver qu’un « bioplastique » (encore un mot absurde, y rien de bio la dedans) est plus respectueux qu’un plastique classique ou recyclé.
      Il ne faut pas compter sur un industriel (et encore moins son service marketing) pour faire un véritable bilan carbone.
       

    9. Marco dit :

      Franchement Cyrille :), je ne suis pas fana des OGM mais on s’en fout que le manche du rasoir soit fait de maïs bio ou pas puisqu’il va finir au compost…
      Et donc ta question de savoir si le rasoir est écolo en portant le sujet sur un détail n’est pas très rigoureux… c’est au global qu’on peut juger un produit, de sa conception, sa fabrication, sa livraison et commercialisation en passant par sa fin de vie et pas seulement un des attributs techniques du produit parmi plusieurs.  Pour juger un produit écolo, il faut regarder plus large non ?
      J’ai tendance à être pragmatique et à dire que Bic fait mieux que Gillette ou mister Wilkison et doit être encouragé même si son produit n’est pas parfait.
      au fait, bien ta nouvelle version de consommer durable

    Poster un commentaire

    Laisser un commentaire

    Je m'abonne au flux RSS des commentaires de cet article.