Inscription Connexion Flux rss Plan du site

Consommer durable, en partenariat avec Via Nova Spheeris et L'Oréal, vous offre la possibilité de tester en avant première les nouveaux gels douche Ushuaïa bio

Le 21/07/08 par belinunda


Tester la nouvelle gamme de gels douche « Ushuïa bio » en avant première et nous faire partager votre avis sur ces nouveaux produits, cela vous ferait plaisir ?

Si c’est le cas nous vous invitons à laisser votre réaction à cet article qui présente les nouveaux produits Ushuaïa.

Deux personnes seront sélectionnées au hasard parmi celles qui auront laissé des commentaires pertinents d’ici à jeudi soir minuit (24 juillet). Elles recevront alors chez elles la nouvelle gamme Ushuïa bio.

En contrepartie, nous demanderons juste aux deux lecteurs sélectionnés de nous faire partager leurs impressions sur ces gels douche.

Attention ! Il est indispensable de sinscrire sur consommer durable, en précisant votre mail, et de vous identifier avant de laisser votre commentaire si vous souhaitez pouvoir participer. Autrement, je ne pourrai pas vous contacter…

Ajout du 31/07/08
L’avis de Guithebest, l’un des testeurs selectionné est disponible ici.

Poster un commentaire
  1. Fantinette dit :

    bonjour à tous!

    j’ai testé ces derniers jours le gel douche au beurre de karité bio de ushuaia, voici un petit compte-rendu de mes découvertes:

    APPARENCES:
    gel douche très liquide, qui mousse déjà dans le flacon. il est presque transparent, ça change des gels colorés et nacrés!
    le flacon reste le même, dommage ils auraient pu le différencier un peu plus.

    ODEUR:
    parfum très naturel, qui explose un peu au début et s’atténue progressivement. l’odeur après utilisation n’est pas persistante (heureusement, je n’aime pas sentir mon gel douche toute la journée à plein nez!)

    APPLICATION:
    je m’inquiétais un peu de la fluidité du gel mais finalement il tient bien (application à la fleur de douche et à la main). il mousse bien et offre une sensation de propre (difficile à juger si réelle par rapport à un autre gel douche). il se rince très facilement sans laisser une impression de film sur la peau.

    pour conclure, je qualifierais ce premier test de positif!!!
    l’Oréal devrait étendre le bio sur toute la gamme pour coller un peu plus à l’image nature de Ushuaia! En revanche, des prix raisonnables seraient vraiment les bienvenues.

  2. belinunda dit :

    Raffa,

    Pour sanoflore, cela a été un choix de sadosser au groupe LOréal. Il ny a pas de contrainte. Cest une volonté réciproque pour continuer à développer une structure qui nen aurait peut-être pas eu les moyens autrement.

    Stéphane Richard, Président-directeur général de Sanoflore, a ainsi déclaré dans le communiqué de presse annonçant lintégration de Sanoflore dans LOréal :

    « Notre arrivée dans le groupe LOréal va nous permettre daccélérer notre développement en France comme à linternational tout en réaffirmant lidentité de notre entreprise et ses liens étroits avec la filière dapprovisionnement en ingrédients bio ».

    Pourquoi assiste-t-on a une consolidation du secteur actuellement (Yves Rocher/Terre dOc, LOccitane/Melvita), bien sûr car cette un secteur en développement, mais cest un secteur qui nest pas encore mature et qui a besoin de fond, de savoir faire complémentaire aussi pour continuer à se développer.

  3. belinunda dit :

    Raffa,

    la encore,  cest votre vision, et je la respecte encore une fois même si elle diffère de la mienne et jinsiste encore pour exprimer mon désaccord sur la notion de greenwashing dans le cas que nous évoquons…

    Je voulais juste noter une première chose «sur cette phrase « Quant au rapprochement avec le développement durable et le climat quelle entreprise peut se permettre à l’heure actuelle de ne pas s’y intéresser ? ».

    Je suis tout dabord content dentendre que toutes les entreprises sintéressent à ces notions. Cependant, il semble que lONG Climate counts qui note les pratiques des entreprises en matière de lutte contre le changement climatique ne soit pas forcément daccord avec vous.

    Selon ce classement, plusieurs entreprises ne sintéressent pas forcément à cette question et encore bien dautres sintéressent beaucoup moins au changement climatique que LOreal.

     Je souhaitais aussi noter une seconde chose, il ne me semble pas adapté de dire que ces produits « ne marcheront pas » « chez les gens conscientisés ». Je naime pas beaucoup ce terme, en plus, car je trouve quil est péjoratif pour beaucoup de monde,.)

    Je pense quune partie des consommateurs qui ont intégré le critère environnemental comme un des éléments prépondérant dans leur choix de lproduit achèteront ces produits sont aussi des personnes conscientisées. (

    Jespère, en plus, pour ma part, que ces produits arriveront aussi à toucher des consommateurs pour qui ce critère nest pas déterminant et les aideront à franchir le pas.

  4. Raffa dit :

    Ah oui « Loréal le fait dailleurs avec dautres marques comme Sanoflore« 

    Ne parlez pas des choses qui fachent 😉 J’achetais Sanoflore avant que l’Oréal le reprenne.

  5. Raffa dit :

    Mon opinion diffère de la votre sur le premier point.

    Il me semble important de différencier un groupe dune marque.

    Effectivement nous ne seront pas d’accord (et la suite en découle 😉 ) pour moi il est INDISPENSABLE de savoir quelle marque appartient à qui pour se faire une idée et s’avoir si cela est « achetable » 😉

    « Ushuaïa nest quun élément du groupe LOréal. Je ne pense pas quil souhaite réaliser avec Ushuaïa une opération de greewashing« 

    Je parlais bien d’Ushuaïa (avec répercussion sur l’oréal forcément), je pense que le coût de la certification sera bien bien inférieure au coût de la publicité (que ce soit au niveau des blogueurs (;) ) que des médias classiques) pour ces nouveaux Ushuaïa labellisés. C’est donc du greenwashing. Je rappelle que dans le milieu écolo disons « pur et dur » Ushuaïa (et l’Oréal) a très mauvaise image.

    « il sorte du greenwashing« 

    Donc ils en faisaient et ils rentrent plus de 10 ans plus tard, et alors que cela devient très intéressant, dans la labellisation donc ils sortent du greewashing ? Moi je considère plutôt qu’ils font ce qu’ils ont toujours fait : faire de l’argent (pas de jugement de valeur la-dessus, mais cela ne suffit pas pour choisir iune entreprise pour moi) Quant au rapprochement avec le développement durable et le climat quelle entreprise peut se permettre à l’heure actuelle de ne pas s’y intéresser ? Greenwashing toujours ! je le redis cela fait des années qu’on demandent des engagements à l’oréal, maintenant c’est trop tard.

    Oh je ne me fais pas soucis pour eux, ça va marcher. Mais pas pour moi ni pour une énorme part de consommateurs déjà conscientisés.

  6. belinunda dit :

    Mon opinion diffère de la votre sur le premier point.

    Il me semble important de différencier un groupe dune marque.

    Ushuaïa nest quun élément du groupe LOréal. Je ne pense pas quil souhaite réaliser avec Ushuaïa une opération de greewashing pour lensemble du groupe mais plutôt se positionner sur un marché en croissance, les cosmétiques écologiques. Loréal le fait dailleurs avec dautres marques comme Sanoflore, ou Stella Mccartney

    Concernant Loréal et le développement durable, le rapport « développement durable » disponible sur le site du groupe la politique du groupe en la matière.

    Il est aussi intéressant de consulter lavis de lONG Climate counts sur la politique du groupe en matière de lutte contre le changement climatique.

    Vous pourrez voir quelle est assez bien notée.

    Concernant Ushuaïa proprement dit, pour moi, il sorte du greenwashing en labélisant une partie de leurs produits « cosmétiques écologiques et biologiques Si avant, il ny avait que des allégations maintenant il y a une vrai labellisation.

    Encore une fois, je pense que nous avons des opinions divergentes sur ce premier point, mais je respecte ce que vous pensez.

    Pour le reste, concernant larrivée de LOréal sur ce marché, les avis des professionnels sont partagés, certains sont vraiment optimistes car ils pensent que cela peut permettre daméliorer la visibilité des produits bio mais certains craignent aussi que cela tire le référentiel vers le bas.

    De son coté Ecocert souhaite, au contraire, rendre le référentiel encore plus exigent.

    Concernant le dernier point que vous abordez, je partage votre avis. Je rajouterais que cest un plus, selon moi, darrivée ce type de gamme dans les supermarchés.

  7. Raffa dit :

    Oui mais non 😉 La définition de GreenWashing a été donnée plus haut et l’Oréal est en plein dedans !!!

    « alors que plus d’argent a été investi en publicité verte qu’en de réelles actions en faveur de l’environnement. »

    Comme je l’ai dit dans un autre post, cela fait des années que l’on demande et attend un engagement écologique et éthique de l’Oréal, comme par hasard c’est maintenant qu’ils s’y mettent… Et ce n’est pas du greenwashing non non non ? Un label ça garanti de ne pas faire du Greenwashin ?  Et bien non !! COmbien leur aura coûté le label cosmébio pour Ushuaïa et combien vont-il dépenser en publicité (regardez le prix d’une pub au 20h sur tf1 vous comprendrez)/échantillons/flyers pour le lancement de ce produit ? ET leurs autres produits sont-ils engagés dans cette démarche ?

    C’est encore le consommateur qui va se faire avoir et l’Oréal risque de déstabiliser le marché des « petits » qui eux sont engagés jusqu’aux orteils et qui n’ont pas attendu que le marché soit sans risque. Non ce sera sans moi, ce n’est pas de l’écoconsommation responsable.. juste -peut-être- l’un des moins mauvais choix en supermarché (et c’est même pas sûr). Alors oui on peut se féliciter que de plus en plus de marques cherche à être labellisés. Cela est positif oui (à condition que cela ne veuille pas dire de diminuer les exigence du label pour le faire correspondre aux normes industrielles), mais pour le reste…

  8. belinunda dit :

    Frederic,
    j’aime bien ces propos sur le fait qu’il doit y avoir des entreprises diversifiées. Je le pense aussi. Chacun doit trouver sa place et j’essaie tout comme vous de prendre en compte ce critère lors de mes achats.
    il est clair que L’Oréal est une entreprise et donc elle a vocation à faire des profits.
    Après, on est aussi dans un contexte mondialisé, qu’on le veuille ou non, et c’est quand même un atout d’être un grand groupe pour pouvoir rivaliser avec d’autres acteurs.  D’ailleurs, un petit groupe biologique, comme Sanoflore s’est associé à L’Oréal pour pouvoir continuer à développer ses produits.
    J’aimerais bien qu’il rivalise en proposant de plus en plus des produits écologiques comme ils le font dorénavant avec Ushuïa ou Sanoflore. C’est une bonne direction pour moi.

  9. belinunda dit :

    Tout comme vous, je préfère que L’Oréal vende des produits labéllisés cosmébio plutôt que des produits qui ne le sont pas.

    Sur le greenwashing, je ne trouve pas quavec ce produit la marque fasse du greenwshing. En arborant et en se conformant à un label reconnu, il sorte du greenwashing.

  10. frederic dit :
    « encore un peu plus de moyens donnés à ces grands groupes »

    Finalement, c’est surtout ca qui me gène.

    Dans ma démarche de consommateur responsable, je fait de plus en plus attention à consommer auprès de petites et de moyennes entreprises françaises qui font vivre l’économie locale, nationale, européenne et qui ont de plus en plus de mal à subsister face aux multinationales telles que l’Oreal qui font des profits colossaux (résultat net de l’Oreal année 2007 : 2 656 000 000 € , source ) en pratiquant des délocalisations et en se procurant des matières premières en provenance des 4 coins du monde.

  11. Delphine dit :

    Merci evydemmentbio…

    Souvenez-vous que c’est vous les acteurs dans cette histoire, et non L’Oréal paskils ont décidé de commercialiser du soi-disant bio. C’est à vous que revient le choix d’encourager L’Oréal dans la voie de l’hypocrisie en achetant des produits de leur gamme, ou non.

  12. selon wikipedia, le terme green washing signifie  » est utilisé pour désigner un procédé de marketing utilisé par une organisation (entreprise, gouvernement, etc) dans le but de donner à l’opinion publique une image écologique responsable, alors que plus d’argent a été investi en publicité verte qu’en de réelles actions en faveur de l’environnement. »
    donc je pense qu’on bien dans cette optique. Que la marque soit certifiée ne veut pas dire qu’elle n’utilise pas ce procédé, au contraire elle l’utilise même très bien.
    moi aussi, je préfère voir L’Oréal vendre des produits labélisés Cosmébio plutôt que des produits qui ne le sont pas mais dans ce cas qu’ils labellisent toute leur gamme s’ils sont vraiment convaincus. Je ne vois pas comment d’un côté on peut mettre en avant les cosmétiques bio et de l’autre vendre des produits complètement à l’opposé.
    Est ce que vraiment au final c’est le consommateur qui est gagnant, pas si sur, encore un peu plus de moyens donnés à ces grands groupes pour continuer à nous matraquer de publicité qui parfois franchement disent n’importe quoi ..

  13. belinunda dit :

    De mon coté, je me dis que si Ushuïa a obtenu ce label, cest que la marque respecte les exigences quil fixe. Ce nest donc pas du greenwashing.

    Mais globalement et je me répète, je trouve que cest positif que LOréal propose ce type de produit au grand public. Cest un pas en avant.

    De mon coté, je préfère voir LOréal vendre des produits labélisés Cosmébio plutôt que des produits qui ne le sont pas. Cest un progrès, je trouve pour le consommateur de voir des grandes marques sengager sur ce chemin. Qui dit dailleurs quelle réussira ? Cest aussi une question. Cest le consommateur ensuite qui suivra ou non cette nouvelle offre.

    Pour le reste, voici plusieurs réponses aux questions posées :

    -concernant lemballage, ils sont recyclables comme lexige dailleurs la charte Cosmébio. Par contre, je trouve quil serait bien quil propose aussi un emballage plus grand (1 litre) ou une écorecharge. Très bonne idée, ça.

    -concernant les végétaux, Ushuaïa indique que les extraits végétaux sont issus de plantes ou de fleurs non menacées.

  14. Jeremy, je suis assez d’accord avec toi et tes questions sont vraiment celles que devraient se poser les utilisateurs
    malheureusement, la plupart ne se posent pas toutes ces questions. Par rappport à cette gamme, pour beaucoup c’est certifié, pas cher (enfin toujours plus cher qu’un produit non bio mais encore moins cher que certains produits bio : tout est dans la composition du produit..) mais à se demander d’où viennent les matières 1ères ou encore comment sont conçus les emballages alors que beaucoup ne recycle même pas ..
    Quelques bloggeuses avaient été invités au lancement de cette gamme, tu trouveras quelques éléments de réponses
    sur le billet de Chris D’ego
    D’après Chris, certains ingrédients viennent du Brésil, de Madagascar, de la Chine, du Maroc ou encore du Burkina Faso.. et Le beurre de karité, l’huile d’argan et l’hibiscus sont issus du commerce équitable.
    Ce que je peux dire déjà c’est que c’est le label cosmébio donc non pas 100% bio, d’ailleurs bien peu de produits cosmétiques le sont (à part des produits pur tels que huiles végétales ou huiles essentielles ou certains qui en sont un mélange)
    Pour le reste il faudra je pense interroger la marque en direct..
    Delphine, non tu n’es pas la seule à trouver cela aberrant…Ce n’est pas aberrant qu’il lance leur gamme car ils ont compris que le marché des cosmétiques bio etaient en plein boom (voir mon billet) mais ce qui est aberrant c’est qu’ils vont réussir à se donner une image « verte », n’est ce pas ce qu’on appelle le green washing ??

  15. Jeremy - Action Carbone dit :

    Je suis curieux de découvrir cette qui, je l’espère, prend plus d’engagements respectueux de l’environnement que la gamme classique. Un nombre important de personnes pensent que, comme le produit s’appelle Ushuaïa, ils font un geste pour le climat en prenant leur douche ! Une confusion assez incroyable… faites le test dans votre famille !
    Bref, j’ai de nombreuses questions sur cette gamme :
    – Bio à 100% ? Certification…
    – Origine des matières ?
    – Eco-conception du produit ? Matières, produit rechargeable (pour réduire le jetable), volume…
    – Quels engagements supplémentaire sur la protection de la biodiversité par rapport à la gamme classique ?
    On pense bien sûr à la critique faite à Dove par Greenpeace sur l’utilisation de l’huile de palme pour ses produits, au détriment des forêts primaires asiatiques… Même si les produits sont bios, est-ce que ce n’est pas au détriment d’une biodiversité unique ?

  16. Delphine dit :

    Bonjour,

    Je suis la seule à trouver ça aberrant de voir des produits « bio L’Oréal » (cherchez l’erreur…) séduire un public qui, via la lecture d’un blog comme Consommer durable, semble se préoccuper de principes écologiques importants ?

    En ce qui me concerne, la première raison qui m’a amenée au bio – à commencer par les cosmétiques – c’est l’aversion que j’éprouve envers les tests sur les animaux. Mais, d’une manière plus générale, je pense que l’achat de produits bio et écologiques s’inscrit dans une vaste démarche éco-citoyenne.

    Trouvez-vous pertinent d’acheter des produits « bio » ou « écologiques » labellisés L’Oréal – ou Ushuaïa, s’il suffit d’un si petit écran à votre conscience ? Selon vous, l’argent que récupérera M. L’Oréal, grâce aux ventes de ses produits de marques Ushuaïa, ne servira-t-il pas à torturer d’autres lapins, ou à injecter plus de pétrole dans ses produits Garnier ? « Ah mais c’est pas grave, je n’achète jamais Garnier en magasin. » Facile, je trouve.

    C’est beau le marketing… Dire que j’en ai été victime un jour : c’est tellement séduisant de penser qu’un mélange de produits issus de la pétrochimie pourra me faire de beaux cheveux, pour peu qu’il soit conditionné dans un pot qui a l’air « naturel ».

    S’il vous plait, servez-vous de vos cerveaux. Spécialement vous, visiteurs de ce genre de blogs.

Poster un commentaire

Laisser un commentaire

Je m'abonne au flux RSS des commentaires de cet article.