Inscription Connexion Flux rss Plan du site

Les huiles essentielles peuvent aussi contribuer à la pollution de lair intérieur

Le 17/09/08 par belinunda
Le saviez-vous?
Les huiles essentielles peuvent aussi contribuer à la pollution de l’air intérieur. Daprès, le Docteur Suzanne Déoux, en période de pollution, les terpènes contenus dans les huiles essentielles réagiraient avec lozone, pour donner des formaldéhyde (substance classée comme cancérigène certain par le CIRC).

Conclusion à méditer, ce n’est pas parce qu’un produit est naturel qu’il ne représente aucun risque potentiel





Source de l’information : Emission CO2 mon amour, France inter, dimanche 14 septembre 2008




Poster un commentaire
  1. Nathalie J dit :

    Bonsoir,

    Merci pour cette précision, je suis par ailleurs tout à fait d’accord avec cette personne. Dans de nombreux ouvrages, il y a des mises en garde contre les huiles essentielles utilisées en cutanée. Pour ma part, j’utilise essentiellement (ahaha) la lavance en application locale et très ponctuellement pour les petites imperfections sur le visage, ainsi que l’ylang ylang dans une cuillère de miel le matin au réveil car ça donne la pêche et ca sent divinement bon sur des tranches de fruit ou dans un thé.

    Prudence donc, à tous les utilisateurs des huiles qui les prennent pour un simple parfum comme des proches que j’ai souvent vu s’en glisser aux coins des oreilles !

    Bonne soirée,

    nathalie J-

  2. belinunda dit :

    Bonjour Nathalie,
    En fait, ce dont parlait le Dr Deoux, est bien lié à l’interaction des huiles essentielles non brulées avec l’Ozone. Et je pense que ta précision est importante, ce ne sont pas justes de subsances.
    Je recopie ici l’avis donnée par l’Agence Française de sécurité sanitaire des produits de santé sur les huiles essentielles :

    Ces recommandations sont destinées à attirer lattention des acteurs de la filière des HE (producteurs dHE, fabricants de produits cosmétiques) sur le fait que les HE ne doivent pas être considérées comme des ingrédients courants mais comme des substances particulières non dénuées deffets secondaires.

    Les HE utilisées depuis des siècles en cosmétique présentent souvent des propriétés biologiques intéressantes. Cependant, certaines dentres elles peuvent révéler une toxicité qui peut être redoutable en raison de leur passage par voie transdermique et de leur impact sur certaines cibles de lorganisme. Les utiliser à bon escient est de règle, et la question de lévaluation du risque lié à leur emploi se pose. Certes, le recul dutilisation est un facteur sécurisant qui doit être pris en compte au même titre que les nombreuses publications scientifiques disponibles, mais celles-ci ne décrivent bien souvent que la toxicologie de lun ou lautre des constituants à létat pur des HE. Peu de travaux toxico-cliniques de valeur ont été effectués avec des HE dont le profil chimique complexe avait été préalablement déterminé avec précision.

    Bien que les HE soient destinées à être utilisées sous forme diluée dans les produits cosmétiques, certaines, mises non diluées à la disposition du public, peuvent par mésusage être utilisées telles quelles et savérer toxiques en particulier chez lenfant. Il est donc impératif dattirer lattention sur les effets résultant dune utilisation incontrôlée. Les effets secondaires sont dautant plus à prendre en compte quil existe un risque de banalisation de tels usages favorisé par la dénomination « produits naturels ». De plus, ces HE présentent des paramètres de variabilité majeurs fort nombreux et chacun dentres eux peut modifier considérablement leurs profils chimiques et donc accroître le risque de toxicité.

    Cest la raison pour laquelle la notion dHE a dû être préalablement clairement définie eu égard à leur mode dobtention qui conditionne en premier lieu un profil chimique particulier.

    Les critères de qualité définis pour chaque HE sont eux aussi primordiaux et spécifiques à ce type dingrédients. De cette qualité dépend celle du produit fini et en particulier son innocuité.

    Enfin, il est rappelé que la présence dHE dans un produit cosmétique ne doit pas atteindre des concentrations seuils qui confèreraient à ce produit la qualification de médicament au sens de la définition du Code de la Santé Publique (Article L.5111-1).

    Ces recommandations constituent un premier document qui sera ultérieurement complété par une opinion permettant de préciser dautres concepts liés également à lévaluation de la sécurité en proposant une approche dévaluation toxicologique du risque. Ainsi, cette stratégie permettra daccroître la sécurité et de concourir à une meilleure transparence dutilisation à la fois pour le consommateur, lindustriel et les autoritésde santé publique.

  3. Nathalie J dit :





    Salut

    Je suis assez divisée sur ce sujet. J’ai opté voilà quelques mois pour les huiles essentielles dans mon appartement en face du boulevard circulaire (donc très pollué). Nous avons fait de longues recherches avec mon ami pour trouver un moyen intelligent de diffuser des senteurs (nous avons tous les deux de grosses allergies depuis notre emménagement  et l’encens nous faisait tousser) et nous avons effectivement lu maintes fois que les huiles essentielles peuvent se révéler toxiques, si on les brule. C’est à dire qu’il y a une façon précise de les diffuser, un brule parfum ne convient pas du tout car on perd toutes les propriétés des l’huiles et on rend effectivement l’utilisation nocive. Il faut les brumiser ou juste les laisser se rependre dans l’air naturellement ou avec un mini ventilateur.

    Ces petites huiles sont considérées à tors comme juste odorantes, mais il convient de les utiliser avec parcimonie et surtout de la bonne façon ! Je vous conseille l’aromathérapie, si comme moi vous en avez raz la courge de prendre du paracétamol dès que vous avez mal quelque part.

    Je vous recommande les ouvrages chez Nature et Découvertes, qui sont bien faits et en croisant des informations de plusieurs sources, je les trouve très justes.

    Bonne journée

    Nathalie J-

Poster un commentaire

Laisser un commentaire

Je m'abonne au flux RSS des commentaires de cet article.