Inscription Connexion Flux rss Plan du site

Comment déneiger et enlever le verglas écologiquement ?

Le 12/01/10 par cyrill.e

Utilisation du sel de déneigement : quels impacts ?

  • L’impact sur le sol et les plantes

Le sel modifie la nature du sol. Il facilite son lessivage et rend l’eau et les ions nutritifs moins disponibles pour les plantes. Il engendre aussi un sol plus compact qui gène la respiration des végétaux par les racines.
Le sel qui n’est pas lessivé est absorbé pendant la belle saison par les plantes et retourne à la terre quand les feuilles tombent ou lorsqu’il pleut (ruissèlement le long du tronc). Selon le type de sol, la concentration en sel à donc tendance à augmenter au fil des salages hivernaux.
Ces nouvelles conditions écologiques ralentissent la croissance et le développement des espèces touchées.
De plus, les projections directes de sel sur la plante perturbent le métabolismes et peuvent engendrer la mort des pousses, des jeunes feuilles, voire de l’ensemble de la plante.

  • L’impact sur l’eau et les milieux aquatiques

Le sel peut avoir un impact sur la teneur en sel des cours ou plans d’eau riverains de la zone où il est diffusé. Le Ministère de l’Écologie estime que l’on peut très vraisemblablement exclure que la surcharge en sel due au service hivernal porte atteinte à la faune et à la flore aquatiques, ou encore à l’eau potable.
Cependant dans certaines zones, l’utilisation du sel est interdite afin de protéger la pureté des sources.

  • L’impact sur les animaux domestiques

Le sel de déneigement peut engendrer une irritation des pattes des chiens, c’est pour cette raison qu’il est conseillé de les laver à l’eau après chaque promenade.
Attention, les sels de déneigement peuvent aussi être une source d’intoxication pour votre animal de compagnie.

  • L’impact sur les biens matériels

Le sel peut provoquer une usure accélérée des véhicules et une dégradation des chaussées. En 2009, la Ville de Sceaux (20 000 habitants) a dépensé 100 000 euros pour réparer les dégâts urgents causés par le sel sur la voirie.

Quelles sont les alternatives aux sels de déneigement ? Les bonnes pratiques des communes

    • Annemasse

    Dans le cadre de son Agenda 21, la ville d’Annemasse a limité le salage aux routes présentant une forte pente (supérieure à 5), aux trottoirs et aux passages piétons.

    • Sceaux

    Suite à un avis donné par le conseil local de développement durable (organisme participatif comprenant notamment des membres de la société civile), la ville de Sceaux a choisi de déneiger (au moyen d’un mélange sel/sable de façon à diminuer l’usage du sel de déneigement) uniquement les voies de transit empruntées par les lignes de transport en commun, selon leur déclivité, et les zones piétonnes et de rencontre, de façon à inciter les habitants à privilégier les modes de circulation alternatifs à la voiture. Le but est d’aider le plus de personnes à se déplacer dans ces conditions particulières et d’éviter les encombrements sur les routes et les risques d’accidents qu’ils représentent.
    La ville de Sceaux a même éditée un guide de l’hiver à l’attention des citoyens qui présentent les mesures à adopter en cas de neige, de verglas et de grand froid.

    Comment éviter de glisser sur le verglas et la neige ?

    Dans son guide, la ville de Sceaux recommande à ses administrés  :

    • de mettre une paire de chaussure adaptée
    • de glisser une paire de vieilles chaussettes par dessus ses bottes pour éviter de déraper sur des plaques de verglas
    • d’utiliser des bâtons pour marcher avec plus de facilité

    Comment déneiger et enlever le verglas écologiquement ?

    La législation oblige les riverains, qu’ils soient propriétaires ou locataires, à nettoyer les surfaces enneigées et glacées qui se trouvent devant chez eux.
    Mais il est possible de limiter voire de ne pas utiliser de sels de déneigement. Pour cela vous pouvez :

    • déneiger mécaniquement

    C’est la solution la plus écologique. Il suffit de vous munir d’une pelle à neige et d’un coupe glace (plus difficile à trouver).

    • étendre des cendres

    Si le temps est relativement doux, la cendre favorise la fonte de la neige car elle accumule la chaleur du soleil.

    • étendre des copeaux de bois

    Disperser des copeaux de bois auraient un effet antidérapant et favoriserait la fonte de la neige. C’est une solution en plein développement. La ville de la Chaux de fond (Suisse) a même élaborée un copeaux de bois qui favorise l’adhérence des piétons et la fonte de la glace : le Stop Gliss Bio® .
    Il est composé de plaquettes de bois dur imprégnées de fondants routiers écologiques. Au contact du sol, la plaquette rectangulaire diffuse son fondant routier puis se fixe, permettant ainsi une bonne « accroche ». Cet antidérapant serait économique à l’usage, les plaquettes de bois, plus légères que la glace, empêchent Stop Gliss Bio de « couler ».
    Selon Stop Gliss Bio, 1 seul épandage sécurise immédiatement les trottoirs et les routes pendant 5 jours et jusqu’à – 45°C !, alors qu’avec le sel, le calcium ou le gravier, il est nécessaire de saler 2 à 3 x par jour et pendant 5 jours soit 10 à 15 fois !

    stop-gliss-bio-bis

    Épandage de Stop gliss bio

    Poster un commentaire
    1. Julien dit :

      Tres intéressant votre article sur le sel de déneigement ! Par contre il n’y a pas de solutions écologique pour déneiger les routes, seulement pour un particulier qui souhaite déneiger une petite zone… 

    2. zoeli dit :

      Bonjour à tous,
      Bel article de circonstance!
      Concernant l’utilisation de la cendre; pour la 2ème année nous avons utilisé les cendres de cheminée sur les trottoirs devant la maison; l’idée était d’assurer notre obligation et d’éviter aux passants des glissades
      Le résultat est tout le contraire!
      La bouillie qui est résulte n’est pas mieux que la neige tassée

      Une astuce pour remédier à la patinoire des pluies verglaçantes?

      Enfin vous indiquez « Il suffit de vous munir d’une pelle à neige et d’un coupe glace (plus difficile à trouver). » à quoi ressemble le coupe glace en question?

    3. NICOLAS dit :

      Bonjour,
      J’appartiens à la société Beauseigneur, 6 Rue André Vieillard 90140 FROIDEFONTAINE
      Nous commercialisons des produits chimiques mais aussi du sel de déneigement et autres chlorures de calcium et magnésium. Le Stop Gliss Bio fait également partie des produits que nous commercialisons en sacs de une à 24 palettes.
      Je reste à votre entière disposition pour tout renseignement complémentaire.
      Tél: 03 84 36 41 36
      Portable: 06 30 48 69 58

    4. cyrille dit :

      Bonjour Christiane,

      je m’étais renseigné l’année dernière et le distributeur m’avait indiqué que ce produit n’était pas encore distribué pour un usage privatif en France. 🙁

    5. DEFRASNE Christiane dit :

      Bonjour,
      Y-a-t’il d’ores et déjà un circuit de distribution en France ?
      Pourriez-vous me dire où trouver ce type de produits pour un usage privé (sac de 25 kg par ex).
      Merci

    6. vvar dit :

      Voilà exactement l’article dont j’avais besoin. A Grenoble comme partout en France il y a de la neige et nous nous demandions comment déneiger et éviter les glissades!
      vvar

    7. cyrille dit :

      Bonjour Steph,

      J’espère donc que la neige et le verglas seront rapidement enlevés afin que vous puissiez vous déplacer d’une manière plus facile.

      Je vous souhaite bon courage.

    8. cyrille dit :

      Après avoir bien déneiger avec une pelle, j’ai étendu des cendres issues du poêle pour deneiger.

      On va voir quel résultat on obtient et si cela est efficace.

    9. STEPH dit :

      Bonjour,
      Ce serait un plaisir de déneger devant chez moi en en faisant un jeu mais quand même, je suis invalide à 80% et ma vie s’est arrêter à la tombée de a neige. J’ai effectivement 4 pneus neige et 2 enfants en bas age à porter avec une hanche qui ne fonctionne pas bien. Nous payons des impôts qui nous permettent normalement de disposer des routes comme il faut. Mes fils ne vont pas à l’école, on attend la fonte de la neige et surtout de la glace.

    10. cyrille dit :

      De notre coté, nous avons nettoyé la neige devant chez nous ce matin et ce midi mais bon, je pense qu’il va falloir remettre cela ce soir.

      En même temps, c’est sympa 🙂

    11. paul le grand frère dit :

      De toute façon toutes les manières de trouver des solutions pour que le déblayage ont échoué d’un point de vue environnemental. Si on fait ceci ce n’est pas bon pour cela et blabla. Le sel a des effets négatifs tout le monde en est conscient mais cela n’empêche personne de le dire quand tout le monde est content que la DDE vienne en déposer sur les routes pour éviter les glissades. Le seul truc qui me gêne et je le dis haut et fort ici se cont les gens qui ne sont pas capables de nettoyer la neige devant cheu eux juste avec une pelle. Ce n’est quand même pas compliqué d’éviter de mettre les autres en danger. Celles avec les manches téléscopiques ne casseront le dos à personne !!!

    12. cyrille dit :

      Bonjour,

      effectivement, il y a un juste milieu à trouver. Il semblerait en tous cas que la tendance soit à la diminution de la quantité de sel deversée sur les routes.

      J’habite actuellement en Haute Savoie et le Conseil général assure actuellement une campagne de promotion sur ce sujet (voir affiche ci-après) :

      Concernant le Stop Gliss bio, le fabricant indique qu’il n’endommage pas les systèmes d’évacuation des eaux de pluie ou des eaux usées.

      « L’antidérapant Stop Gliss Bio® est 100 % biodégradable:
      A la fin de l’hiver, les résidus biodégradables s’évacuent  naturellement avec les pluies sans boucher les grilles des caniveaux et les canalisations, réduisant ainsi les interventions de curage et de ramassage.
      Ils s’intègrent aux boues des stations d’épuration des eaux ou se décomposent naturellement.". »

      Concernant les cendres, êtes vous certain que cela pollue ? Je me pose cette question car on utilise ce produit pour enrichir le sol au jardin.

    13. bobasse dit :

      L’utilisation du sel a des effets indégniables catastrophiques, c’est clair. Salinisation du milieu naturel, prix exorbitant, bilan carbone déplorable pour produire, transporter et épandre le sel… Le pire ne se voit malheureusement pas : les effets des additifs qui sont mélangés au sel pour assurer le maintien du sel, sa durée, son seuil d’efficience relatif à la température… aïe aïe aïe !
      Mais il ne faut (malheureusement) pas cracher dans la soupe :
      Impact environnemental de l’épandage des cendres ?
      Impact technique des copeaux de bois sur les réseaux d’évacuations des eaux pluviales?
      Impact social de demander aux opérateurs de la DDE et employés communaux de se sortir les mains des poches pour prendre une pelle?
      et enfin, pour les régions touristiques hivernales, impact socio-économique de demander à des gens qui n’ont pas systématiquement des véhicules équipés (et celà ne concerne pas plus les parisiens que les bon vieux « autochtones » qui croient savoir conduire sur la neige !) de venir passer leurs vacances à pousser titine, et à patauger dans la neige quand ils sortent la raclette Riche-Monts du coffre ou à peller comme des ânes au lieu d’aller dépenser leur pognon en haut des télésièges !

      Pas évident…

    14. cyrille dit :

      Bonjour Alain,

      en fait, l’offre de salage par copeaux de bois s’adresse à l’heure actuelle uniquement aux professionnelles car l’entreprise livre uniquement par camion.

      Dans certains endroits, des particuliers arrivent à trouver des arrangements avec des communes pour se fournir.

      Plus d’infos ici : « www.stopglissbio.com »

    15. cyrille dit :

      Une question d’Alain :

      "En ce qui concerne le salage par copeaux de bois, combien cela coûte t’il et où se le procurer ?

      Merci de votre réponse.

      Alain"
       

    16. cyrille dit :

      Je viens de lire que le Conseil Général de Haute Savoie avait décidé de limiter ses apports en sel sur les routes.

      Des communes du bord du lac léman ont adopté la même politique.

      Le but est notamment de limiter les apports en sel dans le lac léman.

      En effet, des mesures ont montré que le taux de sel dans le lac léman augmentait continuellement.

    17. cyrille dit :

      Je ne sais pas comment on procède au Canada mais l’expérience de la Chaud de Fond peut être intéressante, c’est une ville située dans une zone de montagne et leur produit semble fonctionner même lorsque les températures sont très froides.

      De plus, dans lees zones de montagne, les habitants sont souvent équipés de pneus "neige" qui sont vraiment un plus pour l’adhérence lorsque les conditions sont hivernales, ce qui n’est pas toujours le cas des habitants des autres régions.

    18. Dominique dit :

      et comment font les canadiens ?

    19. LGV dit :

      Très intéressant ! je ne savais pas que c’était à nous de déneiger devant nos maisons…

    Poster un commentaire

    Laisser un commentaire

    Je m'abonne au flux RSS des commentaires de cet article.