Inscription Connexion Flux rss Plan du site

Bee Happy : devenez apiculteur en ligne !

Le 17/06/15 par Alan

Un jeu de stratégie pour défendre la cause des abeilles, voilà qui est original. Et pourtant… L’abeille n’est pas qu’un animal producteur de miel mais ce n’est pas évident de le faire comprendre au grand public. L’association « Bee-Happy : l’abeille vit » a lancé un jeu de simulation réaliste pour sensibiliser petits et grands aux rôles de l’abeille.

Bee Happy : un jeu de simulation avec des abeilles

Difficile de faire comprendre la complexité du rôle des abeilles au grand public, pour qui ces animaux sont surtout là pour produire du miel. Sentinelle de l’environnement, l’abeille a pourtant un rôle primordial dans la nature et permet à de nombreux végétaux d’exister grâce à la pollinisation. En résumé : sans abeilles, nous n’aurions pas une telle biodiversité sur Terre. Et pourtant certains pesticides déciment les abeilles par millions.

happy-culture-abeille-ouvriere

Pour faire comprendre ces enjeux au grand public, l’association « Bee Happy : l’abeille vit » a été créée, afin de faire découvrir au plus grand nombre l’apiculture. L’association travaille sur la sensibilisation et l’éducation, y compris chez les plus jeunes. Outre un travail de vulgarisation, Bee Happy a donc décidé de lancer un projet de plus grande envergure : un jeu de simulation totalement gratuit.

Regardez déjà cette présentation du jeu en vidéo :

Elever des abeilles, et découvrir un métier

Le site Internet de Bee Happy s’est construit sur l’association du ludique et de l’éducatif, autour d’un jeu de simulation très réaliste et passionnant. Quel est le rôle de l’apiculteur ? Quel travail doit-il effectuer au quotidien ? Quelle stratégie doit-il adopter ? C’est là que le jeu est particulièrement intelligent puisqu’il ne fait pas que proposer de l’information.

happy-culture-rucher

L’internaute, jeune ou moins jeune, devient acteur du projet : il achète sa première ruche, du matériel d’apiculture et prend connaissance d’objectifs à tenir. Nous avons testé le jeu pour nous faire une idée : s’il s’avère passionnant pour les petits, les adultes y trouvent aussi leur compte.

Un jeu très réaliste

Dès le début, le site précise bien : « Rappelle-toi : tout ce que tu apprends dans le jeu est réaliste ! » Ça commence fort puisque dès le début de la première partie, on découvre les différents types de ruches, le matériel utilisé (qu’est-ce qu’une grille à propolis, ou un camail ?) avant d’observer la pollinisation, sans laquelle beaucoup de végétaux, et donc une partie de notre alimentation, n’existeraient pas. Les prévisions météorologiques ont bien entendu leur rôle à jouer, et chacune de nos actions a une conséquence sur la suite. Il faut donc établir une stratégie au fur à mesure que nos connaissances du métier s’accumulent.

Et oui, on récolte aussi du miel, mais également du nectar et du pollen :

happy-culture-cadre

…sans oublier de nourrir les ouvrières et les faux-bourdons, en fonction de leur âge et de leurs besoins, et en faisant attention à la santé des animaux : le jeu prend bien en considération chaque aspect du métier d’apiculteur et permet de se mettre dans la peau de l’abeille, puisque l’abeille et l’Homme sont connectés. Cette vision originale du jeu lui permet d’être un support parfait aussi bien pour se former à l’apiculture que pour sensibiliser des élèves à l’école.

Derrière Bee Happy, des apiculteurs passionnés !

Bee Happy a été créé en 2006 dans une première version par un passionné d’abeilles. D’un outil éducatif, il est devenu un jeu de stratégie à destination d’un public très large. Poussé par le financement collaboratif, le projet a bien grandi, le jeu devenant une vraie petite merveille.

L’entreprise Alveoo compte rentabiliser le projet de manière à proposer de nouveaux programmes éducatifs visant à sensibiliser un large public à l’environnementDécouvrez le jeu sur Bee Happy.

Poster un commentaire
  1. […] Un jeu propose aux internautes d'expérimenter le métier d'apiculteur pour comprendre l'intérêt des abeilles.  […]

Poster un commentaire

Laisser un commentaire

Je m'abonne au flux RSS des commentaires de cet article.