Inscription Connexion Flux rss Plan du site

Réaliser des courses bio chez un hard discounter, est-ce possible ? Est-ce vraiment avantageux ?

Le 21/02/09 par belinunda

Selon l’Agence bio, les produits issus de l’agriculture biologique, sont en moyenne, 30% plus chers que ceux issus de l’agriculture conventionnelle. En cette période où le pouvoir d’achat a tendance à diminuer (-0,4% selon l’INC entre juin 2007 et juin 2008), faut-il se tourner vers le hard discount pour réaliser des courses bio moins chères ?

Pour répondre à cette question nous avons mené l’enquête au sein de deux chaines de la grande distribution en portant une attention particulière sur le prix des produits, bien sûr, mais aussi sur leur provenance. En effet, un produit bio cultivable en France n’est plus vraiment écologique lorsqu’il a poussé à l’autre bout du monde et a été acheminé en France par camion ou par avion…

Une offre encore incomplète

Premier constat, il est possible de réaliser des courses bio au sein d’une enseigne de hard discount mais l’offre de produit reste limitée. Ainsi, lors de notre visite, il nous a été impossible de trouver certains produits de base et plus particulièrement ceux dédiés à l’hygiène corporelle (savon).

Des produits issus majoritairement de France voire de l’Union européenne

Contrairement à ce que nous pouvions initialement penser, les articles proposés proviennent majoritairement de France. C’est un point positif pour la préservation de l’environnement car cela minimise les émissions de gaz à effet de serre liées au transport.

Des prix vraiment compétitifs

difference_monop_ed_1_2

Du coté des prix, le constat est sans appel. Sur le panel de produits, l’enseigne de hard discount a toujours proposé des prix plus bas que le supermarché traditionnel. La  différence de prix peut se révéler importante : +60% sur l’huile de colza. Elle est de 34% sur l’ensemble du panier de courses.

Acheter des denrées bio chez un hard discounter : un bon choix ?

Au regard de ces éléments, faire des courses bio chez un hard discounter peut s’avérer être un bon choix pour le consommateur et une source substantielle d’économie. Par contre, il faudra compter sur une offre encore limitée, mais en plein développement, et il sera encore indispensable de compléter ses achats dans d’autres magasins.

A lire également : Quand le hard discount concurrence l’offre écologique des supermarché ?

*Tableau non exhaustif. Produits choisis aléatoirement. Prix relevé en magasin en septembre 2008.

Poster un commentaire
  1. Cyrille dit :

    C’est vrai même si les conditions de travail doivent différer d’une enseigne à l’autre et suivant le directeur de magasin.
    Mais Lidl n’a pas bonne réputation.
    Dans les petites enseignes, cela doit beaucoup dépendre de l’état d’esprit de la personne qui dirige. Difficile d’établir des généralités mais il y a certainement plus de proximité.

  2. laurent dit :

    il ne faut surtout pas oublier que lorsque vous acheter vos produits chez les hards discounters vous favorisez souvent des condition de travail qui sont loin d’etre un exemple social horaires, cadences,et salaire au plancher alors est ce bien compatible avec un esprit « bio » ?
    n’est t’il pas plus agreable d’allez chez votre petit commerçant bio ?
    juste un question d’etique.

  3. cyrille dit :

    Bonjour Steph,

    Je ne sais pas pourquoi ils n’ont pas voulu vous répondre, c’est dommage en tous cas, cela manque de transparence.

    Sur les fruits et légumes,  la provenance est toujours indiquée mais sur le reste ce n’est pas toujours le cas.

    De mon coté, j’achète aussi certains produits de base chez ED à l’heure actuelle notamment de la farine, des oeufs.

    Concernant le jus d’orange, attention, comme je l’avais mentionné, il ne s’agit pas de jus d’oranges pur mais du jus d’orange concentré…

  4. steph73 dit :

    Bonjour, il serait par contre intéressant de connaître aussi la provenance exacte pour savoir si c’est produite en France par exemple. J’ai écris à Ed (en fait carrefour…) et ils n’ont pas voulu me répondre, pourquoi ???
    Je fais mes courses au marché ou chez Biocoop mais il m’arrive aussi de compléter chez Ed pour le prix car le jus d’orange (du Brésil ou ailleurs) ou le chocolat viendra toujours de loin à priori, la seule différence et qui me dérange c’est qu’on enrichi un gros distributeur (Carrefour) et que ma conviction profonde est qu’il faut tout faire pour que le plus de monde puisse vivre correctement de la vente des productions… par contre le bio  local c’est le mieux mais tout le monde ne peut pas se le permettre vu les prix pratiqués en moyenne.

  5. NEo dit :

    Bonjour amies-is de la Terre,
    S’alimenter de produits sains constitue un acte de sensibilité à notre environnement, c’est ça le point important.
    Ne plus souiller la Terre avec des produits issue de la chimie du pétrole c’est ça qui compte !
    Le reste se mettra en place tout seul.
    Bannir de notre alimentation une chimie potentiellement destructrice pour TOUS les êtres vivants sera la base pour une   nouvelle? agriculture…
    Nous savons tous ici je pense que l’argent est le nerf de la guerre, suivant son porte-monnaies on pourra aller où l’on peut, pas grave, l’essentiel c’est de renverser a vapeur.
    Cesser d’appauvrir les sols par la pratique de la culture intensive, car le bio, où, pour moi, la Culture Traditionnelle, ne s’accommode pas de champs immenses mais plutôt de surfaces moyennes et en bocages.
    Plus il y aura de surfaces cultivées sans intrants, plus nous nous sentirons mieux dans notre environnent qui, n’oublions pas, n’est pas extensible à l’infini…
     

  6. GIRAL dit :

    Je ne suis pas sûre que les pressions exercées par les grandes enseignes soient moins toxiques que celles d’ED (qui appartient au groupe Carrefour…) il faudrait regarder du côté des marges.

  7. Marie dit :

    Bonjour à tous,
    je suis journaliste et je réalise un reportage tv sur l’alimentation bio. Je suis à la recherche de consommateurs de bio en hard discount. N’hésitez pas à me contacter en direct pour en discuter! mvabre@impactpresse.tv

  8. cyrille dit :

    Avez vous une idée des prix partiqués dans cette enseigne par rapport aux prix indiqués plus haut chez ED par exemple ?

  9. emmanuelle dit :

    Je viens de découvrir le bio  » leader price  » et je suis ravie!
    Une véritable économie sur mon ticket de caisse.
    Des jus de fruits, riz, pâtes, viandes, laitages, le seul hic pas de fruits et légumes…

  10. williamsaurin dit :

    je crois surtout qu’à travers la jungle du commerce biologique en France il faut savoir faire le trie :en terme de qualité,de prix,de provenance.

    le jus d orange bio monoprix est bon et assez bon marché… mais là les oranges je ne sais pas d’ou elle viennent !

    Dans ce grand business,il n’y a malheureusement pas toujours d’éthique et après avoir longtemps fait mes course dans les poubelles de monoprix,je sais que derrière ces bonnes volontés de vouloir sauver la planète se cache le marketing,le contrôle des prix, la lois du marché.

    c est aussi à nous consommateurs de changer la donne, d’être un peu plus eco-responsable et de s’affranchir de ces entreprises tricatel qui polluent nos assiettes.

    voilà ce que je pense du bio même si je suis un fervent adepte.

  11. belinunda dit :

    C’est parfois un vrai travail de chercher des produits bio à des prix abordables. Votre exemple le montre, il faut parfois butiner un peu partout ;-)
    Au critère prix, il est toujours important d’ajouter un critère qualitatif comme vous le faites.
    Ainsi, le jus d’orange bio d’Ed n’est pas 100% pur jus mais issus de concentré :-(
    On trouve donc de tout.
    Et dans les magasins bio, il peut aussi y avoir des produits à des prix abordables.
    Chez Satoritz, à Thonon les Bains, j’ai par exemple trouvé du gel douche et du shampoing aux alentours de 8 euros le litre… 🙂
    Un bon prix si on le compare à d’autres produits. (attention les données du lien ci-après sont anciennes mais cela peut donner un ordre d’idée).

  12. soizic dit :

    bonour, j’achéte mes produits bio en grande surface et chez biocoop, et auchan a la m^me marque de sucre par exemple que biocoop, max havelaar, et un peu moins cher (1k=2.97€), ils ont de la boucherie et fromage, legumes( souvent moins cher que chez biocoop, carotte a 1.50€, mais le choix est restreint), et j’ai vu qu’a Géant leur chocolat était sans lechitine, et le thé a e-leclerc  »pages » mures par exemple 1.70€) pour moi les grandes surfaces sont un peu moins cher, biocoop pourrais faire un effort, pour moi qui est au smic, le bio en discount c’est une solution.

  13. lilyprincesse dit :

    Oui effectivement mais ds ce cas là ils communiqueraient sur le meilleur rapport « qualité prix »;on payerait effectivement un prix plus juste sans les fioritures de la pub par ex; mais le pbe c’est qu’ils ne parlent jamais…jamais de la qualité de leurs produits et communiquent uniquement sur le prix. Ce n’est pas une priorité pr eux, et je n’ai pas tellement confiance en la qualité de leurs produits.

  14. belinunda dit :

    Tout à fait d’accord avec vous concernant les fournisseurs et le salaire des employés tout comme je trouve déplorable que le hard discount copie les marques qui innovent et qui essaient de faire en sorte que l’environnement soit mieux préservé.
    Par contre la différence de tarif entre la grande distribution et le hard discount est aussi liée à des différences structurelles (moins de publicité, de marketing, présentation en magasin…) et je trouve qu’il peut être intéressant de jouer sur certains de ces éléments pour faire baisser les prix.

  15. lilyprincesse dit :

    Bonjour,

    Comme les magasins bio se développent, ces marques sont de plus en plus présentes mais ce sont des marques historiques du bio, et si elles deviennent grandes, tant mieux, tant qu’elles gardent leur standard de qualité.
    Le magasin bio a en effet un certain charme, c’est un endroit insolite où l’on aime flaner. Sa diversité est sa richesse, tout comme nous!

  16. Lottie dit :

    J’achète pas mal de produits bio Carrefour, car ils en proposent pas mal, à des prix raisonnables et de qualité satisfaisante. Par contre, je sais que le pouvoir d’achat n’est pas au plus haut en ce moment, mais il faut garder à l’esprit que ce qu’on ne paye pas, quelqu’un le paye à notre place. Les hard discounters c’est bien gentil mais ils ont parfois des méthodes limites pour garantir des prix bas. Or ça n’a pas beaucoup de sens d’acheter bio si on n’achète pas aussi équitable dans la mesure du possible. Quand on voit que la grande distribution hard discount comptent les entreprises les plus propères et fait des milliards de bénéfices (pas que les hards discounts d’ailleurs mais ce sont les plus riches paradoxallement), cela veut bien dire que pour faire baisser les prix, ce n’est pas sur leur marge qu’ils font pression, mais sur les fournisseurs et sans doute aussi sur les salaires de leurs employés. Donc le mieux pour faire baisser les prix, c’est de supprimer le maximum d’intermédiaires. Ainsi la hausse de prix due à la qualité du produit et à la juste rémunération du producteur est compensée par l’absence de certains intermédiaires, et par la même occasion, la limitation des emballages et aller-retours inutiles des produits. Vive le bio pas cher et équitable et vivent les achats directs aux producteurs !

  17. belinunda dit :

    Bon ben cet article me permet d’avoir une lecture en profondeur du nouveau reglement.

    Avec en plus le nouvelle réglementation, il sera indiqué si le produit vient de l’UE ou non mais c’est tout.
     

    C’est vrai mais en même temps il sera aussi possible de compléter l’affichage en précisant le pays de fabrication du produit.

    Concernant les OGM, il sera aussi possible de préciser que le produit est sans OGM.

  18. belinunda dit :
    Pr le lait, je ne vois pas comment vous voyez le pays d’origine. Il peut être transformé et contrôlé en france mais venir de l’étranger. 

    C’est vrai, c’est une erreur de m’a part, je suis désolé. -:(
    La marque de salubrité indique bien le lieu où est transformé le lait mais pas d’où il provient.

    Tout le monde fait des produits bio maintenant et c’est vraiment une très bonne chose mais comparer seulement les prix n’est pas juste.


    Je suis d’accord avec vous. C’est bien que le bio se généralise peu à peu, grâce aux différentes sociétés, aux marchés, aux Amap, et même aux associations qui distribuent des produits bio.
    Concernant les prix, vous avez raison c’est important de prendre en compte d’autres critères et je crois que l’on aborde souvent les composantes sociales et environnementales des produits et pas seulement la seule question du prix.
    Pour autant, je me pose vraiment parfois des questions sur les marges réalisées par les magasins bio, certains produits ont vraiment des prix très elevés.

    En magasins spécialisés, il y a un meilleur respect du produit lors de sa transformation mais aussi une forte éthique envers le fournisseur…en achetant dans ces magasins, on soutient ces producteurs, ces producteurs qui font du bio depuis des dizaines d’années, on cautionne leur maintien! ces petites exploitations ont des rendements inférieurs, emploient plus de personnel, et ont finalement des couts plus élevés qu’une grosse exploitation bio. Les produits sont donc souvent plus chers mais souvent tellement meilleurs!.

    Sur certains commerces effectivement. Mais je trouve que beaucoup de boutiques bio ont aussi abandonné ce rapport et les rayons sont assez uniformisés. On trouve dans beaucoup de magasins les mêmes marques. Il y a aussi une industrialisation de ce marché (Weleda, Ecodoo, Markal…).
    Mais on peut aussi faire de la qualité en ayant une production relativement importante.

    Je fréquente un peu tous ces magasins de mon coté du hard discount au panier bio. Mais c’est vrai que j’aime bien les magasins bio car on trouve des produits que l’on ne trouve pas ailleurs, qui changent du commun, qui apportent une diversité et qui correspondent à mes envies, et aussi une information plus poussée sur cette manière de consommer, j’aime bien aussi mon panier bio car il est plein de légumes frais et de saison.
    Je suis un pluriconsomm’acteur ;-)

  19. Anonyme dit :

    bonjour

    Pr le lait, je ne vois pas comment vous voyez le pays d’origine. Il peut être transformé et contrôlé en france mais venir de l’étranger. 
    Avec en plus le nouvelle réglementation, il sera indiqué si le produit vient de l’UE ou non mais c’est tout. Vous pourrez donc trouver du jambon bio venant du Danemark par ex avec le logo AB!

    En magasins spécialisés, il y a un meilleur respect du produit lors de sa transformation mais aussi une forte éthique envers le fournisseur…en achetant dans ces magasins, on soutient ces producteurs, ces producteurs qui font du bio depuis des dizaines d’années, on cautionne leur maintien! ces petites exploitations ont des rendements inférieurs, emploient plus de personnel, et ont finalement des couts plus élevés qu’une grosse exploitation bio. Les produits sont donc souvent plus chers mais souvent tellement meilleurs!
    Tout le monde fait des produits bio maintenant et c’est vraiment une très bonne chose mais comparer seulement les prix n’est pas juste.
    Les labels en magasins spécialisés sont des signes de reconnaissance, simples, pour savoir rapidement si le fnr est très impliqué dans la bio, s’il va plus loin que le cahier des charges bio et en conséquence respecte le produit dans sa globalité (= procédé de transformation doux…). 
    Les labels « nature et progrès » ou « demeter » sont incontestablement les plus engagés.

  20. belinunda dit :

    Ca fait polémique cet article ;-)
    Comme je l’ai indiqué, cet article date un peu, et les réponses que je donne aujourd’hui par rapport à ce dont je me souviens et étaient aussi à un instant t.
    Pour certains produits, la mention d’origine est obligatoire comme pour les fruits et légumes, le lait, les yaourts…
    Sur les légumes, je ne suis pas certains que l’origine donnée (France) soit encore encore d’actualité la saison ayant changé.
    Pour le reste, je pense que certaines marques en grande distribution travaillent aussi très bien et qu’il ne doit pas être évident pour elle de resister à la pression des distributeurs de tirer le prix des produits vers le bas (sans renier sur la marge des distributeurs..).
    Il doit certainement y avoir de bons produits aussi chez les hard discounter. En 2004, voici ce que l’hebdo que choisir disait :

    « Produits premiers prix Un détour qui vaut ses euros
    Qualité, respect de la réglementation… les produits premiers prix font bien souvent jeu égal avec les marques nationales.« 
     

    Pour autant, malgré cela, il est certain que je préfère toujours réaliser mes courses aux marché, ou bénéficier de mon panier bio, d’aller acheter du fromage à la fruitière,  c’est un autre rapport à la consommation et au producteur et la qualité peut etre alors incomparable.
    Mais je vais aussi chez les hard discounter, dans les magasins bio, au supermarché etc… Je crois que beaucoup d’actifs ont ces  pratiques aujourd’hui, ils fréquentent ces différentes structures.

  21. lilyprincesse dit :

    bonjour,

    juste 2 chose spar rapport à ton article:
    – connaitre l’origine des produits bio est effectivement très important et tu indiques que les produits bio chez ED viennent de france : peux-tu me dire comment tu le sais? en fait, la mention du pays d’origine n’est pas obligatoire… ??

    – il faut dissocier 2 choses : l’origine des matières premières (=produits bruts) qui est bio et leur procédé de transformation : ce sont 2 notions réellement très importantes alors que le logo AB ne prend en compte que le 1 er point, le mode de culture bio.
    On peut très bien avoir un produit cultivé selon le mode de l’agriculture bio mais transformé de manière totalement irrespectueuse du produit: chauffage à très haute température, pressage excessif, mélange des matières premières de différentes qualités et origines…. ce qui donnera finalement un produit « mort », chauffé à outrance ;le fait que ça soit bio n’a finalement donc pas grand intérêt.

    Ces enseignes comme ED lancent des produits bio car cela correspond à un marché en croissance, leur obj est pécunier! la matière première est bio mais le produit n’est pas forcement de qualité! leur obj est d’offrir du prix et peu importe le procédé de transformation, le respect du produit, il est bio, c’est le minimum et le principal!
    Les magasins spécialisés, dont leur métier est de vendre des produits bio (et pas des produits de mauvaise qualité), sont très attentifs aux procédés de transformation, au respect des produits. L’origine bio est à la base bien sûr mais le procédé de transformation doit être à la hauteur de la qualité de la matière première!
    Des marques en grandes surfaces travaillent très bien, comme alter eco, par ex, mais ce que je veux dire c’est qu’il ne faut pas seulement comparer le prix mais aussi la qualité des produits, la façon dont il a été fabriqué…seuls les produits présents en magasins spécialisés qui mettent en avant leurs fournisseurs permettent une réelle transparence. Sur un produit MDD, on ne sait pas d’ou le produit vient, ni comment il a été fabriqué et par qui?? il serait judicieux de demander aux produits bio sous MDD (ED par ex) d’expliquer d’ou viennent les matières premières et comment elles ont été tranformées?

  22. belinunda dit :

    Marie, le texte a été rédigé en 2008 avec donc l’ancien cahier des charges qui excluaient les OGM.
    Les produits étaient donc comparables à cette époque.
    Cela ne signifie pas pour autant qu’il n’y aura pas d’évolution.
    Je pense que l’on peut trouver des produits de bonnes qualité partout. Prenons le chocolat Alter eco, il est bio, équitable, essaie de minimiser ces émissions de CO2 et compense les émissions résiduelles via un mécanisme certifié, pour le chocolat Noir absolu (je ne connais pas la composition des autres produits) mais il ne contient pas de lécithine et est fait exclusivement avec de la pâte de cacao et du beurre de cacao.
    Dans un autre domaine, Carrefour a aussi prix des engagements sur l’exclusion des OHM pour l’alimentation des porcs, volailles, fromage de sa filière qualité (attention, la filière qualité ne garantit un produit bio).
    Mais au delà de ça, la nouvelle réglementation bio adoptée par l’Europe, et qui s’applique dorénavant n’est pas une bonne nouvelle et c’est bien que des magasins comme les Biocoop prennent ces engagements.
    Auriez-vous une idée de la manière dont ils vont les faire appliquer notamment chez les petits producteurs ?
    Devront-ils payer les tests sur les ogm ?
    Savez-vous si les prix en biocoop sont intéressant par rapport a la liste présentée ici ?

  23. marie dit :

    Bonjour,
    Moi je dis attention aux prix bas en bio ce n’est pas toujours en faveur d’une garantie à 100% bio. 
    Je m’explique : le nouveau cahier des charges qui est mentionné dans cet article est le nouveau que nous impose l’Europe, ce qui veut dire que pour les OGM tolérés à 0.9% en grande surface, Biocoop n’en tolère que 0.01 à 0.1% c’est à dire ce que l’on ne peut pas gérer par nature (pollen qui vole donc contamination accidentelle, dissémination naturelle…). Biocoop refuse des produits comme du riz contaminé ou du chocolat avec de la lécitine non bio (source : Consom’action n° 43).
    Biocoop en plus a une Charte qu’il respecte – peut on en dire autant de tous ?
    ED n’est pas un distributeur de produits bio, Biocoop oui. Et ça c’est une garantie. Pensez à tous les scandales des prosuits bio qui en fait ne l’était pas. en supermarché. Je n’en ai jamais entendu chez Biocoop.

    Marie

  24. belinunda dit :

    La personne m’a signalé cela, peut être une erreur d’étiquetage ?
    Les lentilles ne Carrefour ne sont pas en vrac.
    Sur la provenance des produits, la majorité des produits d’ED provenait de France.
    Pour autant, c’est une vrai question ?
    L’UFC avait montré pour la viande par exemple, que si en général les prix des produits vendus au consommateur augmentaient, les prix d’achat au producteur baissaient…
    Il faut arriver à un équilibre, c’est ce que font les entreprises du commerce équitable ou encore d’autres circuits de distribution qui établissent des liens plus directs entre les consommateurs et les producteurs qu’ils soient de france ou de l’étranger.
    C’est une problématique plus globale il me semble, d’où qu’il soit le producteur doit recevoir un salaire qui lui permette de vivre…
    Pour ce qui est de l’impact sur l’environnement, il faut que les coûts externes du produit (pollution,etc…) soient intégré au prix final via des système de taxe comme la taxe carbone pour arriver a un prix plus juste.

  25. Gaelle56 dit :

    Bonjour,

    Je suis une acheteuse de produits bio carrefour, j’ai découvert avec ce comparatif de prix qu’en général à quelques centimes près les prix se valent à quelques exceptions près et là la différence est énorme !! comme les sucre blond et brun, à quoi est dû cette différence de prix, a t elle véritablement une cause ??
    Quelqu’un peut il me répondre SVP? Et pour les lentilles,  celle de Carrefour sont aussi en vrac ou non ? Car là aussi la déifférence est notable.
    Maintenant il faudrait peut être se pencher sur la destination des produits, d’où viennent les produits ? Car pour un peu plus cher ne vaudrait il mieux pas acheter local et aider nos commerces et donc ainsi notre économie ?

    Gaëlle 
     

  26. belinunda dit :

    Malheureusement, je ne l’ai pas trouvée. Elle était disponible pendant une période ou ED faisait la promotion de ses produits bio.
    Mais globalement, on trouve tous les produits essentiels (oeufs, pâtes, yaourt, chocolat, café, pommes de terre, lait, carottes, huiles, parfois du riz…), mis à part les produits ménagers.
    Cependant, tous ces produits ne sont pas forcément toujours dans les rayons, comme cela est dit dans l’article et les commentaires.

  27. Anonyme dit :

    Comment peut-on avoir la liste des produits bio vendus par ED?

  28. belinunda dit :

    Bonjour Fred,
    c’est vrai que le lien producteur /consommateur crée une certaine contrainte et offre moins de flexibilité. Du coup, en hiver, il faut manger chaque semaine des blettes…
    😉
    Le principe que vous citez à l’air vraiment bien. Puisque vous êtes dans la région d’Aix, je souhaitais réaliser un article sur Tout naturellement, association qui propose, en plus des paniers tout une autre série de produits (cosmétiques, farines) a des prix qui peuvent être parfois compétitif mais selon une autre philosophie.
    Cela peut faire un bon complément à celui-ci qui porte sur le hard discount.

  29. frederic dit :

    Les AMAP ont le défaut qu’on ne choissit pas les fruits/légumes qu’on achète. C’est un peu comme si on vivait au rythme de sa récolte. Ca peut aussi être perçu comme quelque chose de positif si on considère que ca nous oblige à diversifier l’alimentation et découvrir de nouvelles recettes.

    Dans ma ville (Aix en Provence), il y a une petite société qui s’est monté en s’inspirant un peu du sytème des AMAP mais en donnant  un peu plus de choix au client, mais on reste tout de même dépendant des saisons (normal !), pour ceux que ca intéresse : http://www.panierbio.com .

    Concernant les ruptures de stock chez ED, je pense que c’est propre au segment Hard Discount, vu que leur objectif est de vendre le moins cher possible, ils économisent au maximum, par exemple sur l’infrastructure (il suffit de voir comment c’est arrangé). L’approvisionnement d’un produit n’est probablement pas aussi critique que dans le segment « Grands magasins » du type Monoprix. En gros en Hard Discount on paye pas cher, mais il ne faut pas se plaindre si un produit est en rupture de stock

  30. tom dit :

    Ah je ne sais pas ce qu’est une AMAP…je pars faire mes recherches 🙂

  31. belinunda dit :

    C’est clair que le bio n’est pas toujours accessible. J’espère que la diversification de l’offre contribuera à rendre ces produits plus accessibles.
    Après, il y a aussi d’autres systèmes notamment de type associatif du genre Amap qui permettent d’obtenir des articles bio à des prix accessibles. Mais peut-être que vous avez d’autres exemples pour s’approvisionner bio à bon prix.

  32. tom dit :

    Salut,
    Moi j’ai fait mes courses chez biocoop ce week end et je dois dire que les hard discounters et autres supermarchés ont vraiment un coup à jouer car les prix sont à mon sens trop élevés.
    Alors vivement que l’offre grandisse chez ED et les autres, vivement que la demande pour une consommation bio augmente et tout devra bientôt s’améliorer 🙂

  33. belinunda dit :

    Bonjour Frédéric,
    merci beaucoup pour votre commentaire et pour le complément d’information que vous apportez.
    Votre remarque savère judicieuse. Sur un produit comme les pommes de terre, le fournisseur était identique.
    Concernant la disponibilité et les ruptures de stock, ca serait intéressant d’avoir le retour d’ED par rapport à cela.

  34. frederic dit :

    Ca tombe bien, je fais mes courses chez ED et je complete avec Monoprix qui se trouve à coté de chez moi.
    Je confirme entièrement ce qui se dit dans l’article, j’ai été agréablement surpris à plusieurs reprise par les produits certifiés bio chez ED.
    Au niveau qualité, je n’ai rien à leur reprocher, bien au contraire, à part un packaging moins attractif, mais ça je m’en fous complètement. J’irais même jusqu’à avancer que certains produits bio disponibles chez ED et chez Monoprix proviennent très probablement du même fournisseur, j’ai en tête les galettes de riz soufflés ou encore les yahourts natures, mais sont nettement plus cher chez Monoprix.

    Sinon concernant le portefeuille de produits bio ED, je dirais qu’il est beaucoup moins dévelloppé que celui de Monoprix (pas de viandes certifiée chez ED, 1 seul jus de fruit certifiés chez ED (qui vient du Brésil en plus), pas de fruits certifiés (que quelques légumes dans mon ED), etc…) et il y a souvent des ruptures de stock (preuve du succès de ces produits ?) propres aux hard discounter.

  35. belinunda dit :

    Qu’en pensez-vous ? Avez-vous déjà acheté des produits bio à ED ? Les trouvez-vous de qualité ?

Poster un commentaire

Laisser un commentaire

Je m'abonne au flux RSS des commentaires de cet article.