Inscription Connexion Flux rss Plan du site

Comment composter et réaliser un compost avec ou sans composteur ?

Le 10/05/10 par cyrill.e

Fabriquer du bon compost avec un composteur où l’on recycle soi même ses déchets domestiques, nous sommes de plus en plus nombreux à en avoir envie.

Voici tous les conseils pour réussir votre compost.

Faire un compost, c'est écologique et très bon pour le jardin

Quelle taille de composteur choisir ?

Pour déterminer la taille d’un silo à compost, il faut identifier les déchets que vous souhaitez composter parmi :

  • les résidus de tonte et de tailles
  • les résidus du jardin potager (fanes de légumes…) et des plates-bandes (« mauvaises herbes »…)
  • les feuilles des arbres
  • les déchets organiques issus de la maison (épluchures…)

Il faut compter ensuite un volume de :

  • 100 à 150 litres par personne pour les déchets issus des repas
  • 1 litre par m2 de pelouse (si vous souhaitez la composter)
  • + le volume de déchets issus du jardin potager, des plates-bandes, de la taille des arbres.

Si vous disposez d’une surface importante, vous pouvez simplement réaliser du compost en tas, sans utiliser de composteur.

A savoir : certains grands volumes saisonniers (pelouse, feuilles) seront trop importants pour être traités par votre composteur. Dans ce cas, privilégiez d’autres alternatives : mulching avec les résidus de tonte, paillis avec les feuilles ou encore apport en déchetterie.

 

Où placer le composteur ?

Le composteur ou votre tas de compost doit être en contact direct avec la terre et placé :

  • dans un lieu accessible
  • sur une surface plate
  • sur un terrain bien drainé
  • à mi-ombre
  • à l’abri du vent
  • loin d’un espace d’agrément (terrasse) et de vos voisins

Comment débuter un compost ?

  • gratter un peu la terre à l’endroit où vous souhaitez démarrer votre compost afin de faciliter les échanges entre les organismes décomposeurs et vos déchets
  • déposer sur le sol une petite couche de branches broyées qui faciliteront le drainage et la circulation d’air
  • placer par dessus des déchets mélangés à du compost ou à de la terre

Quels déchets dans le compost ?

CompostableÉventuellement compostableNon-compostable
ÉpluchuresÉpluchures d’agrumes (à couper en petits morceaux). Elles se décomposent difficilement.Vinaigre
Restes de fruits et légumesPeau de banane (à couper en petits morceaux). Elle se décompose difficilement. Idem pour la peau d’ananas.Matières grasses
Pâtes, riz non assaisonnésOs (à broyer)Plastiques
Coquilles d’œufs broyéesCendres (en petite quantité)Métaux
Marc de café et filtresCroûtes de fromage (en petite quantité)Plantes qui contiennent des graines
SciureBois traités
Restes de tonteSacs d’aspirateurs
Déchets ligneux ou durs déchiquetés ou coupés en petits morceaux (branches…)Litières à chat
Papiers et cartonettes, à couper en petits morceauxRestes de viande ou de poisson (à couper en petits morceaux, à placer hors d’atteinte des animaux et au centre du tas.


Comment entretenir votre compost ?

  • Quels déchets ajouter au compost ?

Maintenez toujours un équilibre entre déchets azotés et carbonés, déchets grossiers et fins, déchets humides et secs.

MatièreHumiditéAzoteCarbone
Tontes de pelouseXXXXXXX
Épluchures de fruits et légumesXXXXXX
Légumes entiers altérésXXXX
Herbes indésirables, fleurs fanées, plantes mortesXXXXX
Feuilles mortesXXXXX
Branchages, paille, foinXXX
Copeaux, sciure de boisXXXX

Source : Rennes métropole.

Le compostage est un processus aérobie (qui nécessite de l’oxygène), c’est pour cette raison qu’il est essentiel :

  • d’incorporer des déchets ligneux découpés en morceaux qui aéreront votre compost
  • de brasser régulièrement (tous les mois) le tas de compost

 

Matières lignifiéesMatières herbacées
Les Feuilles mortesLes déchets de cuisine (restes de repas, épluchures de légumes et fruits, marc de café et de thé mais pas de viande ni agrumes)
les branches mortes (broyées e préférence)L’herbe de gazon fraîchement tondue
le foin la paille, foin, l’herbe de gazon séchéesLes mauvaises herbes non grainées
Les Copeaux de boisFleurs fanées

*

Page suivante > quand récolter le compost, les composts à problème,  le cas pratique de notre compost

 

Poster un commentaire
  1. Beaufils dit :

     Bonjour,
    Je produis plus de 4 m3 de compost fini, par an, en 2 tas, l’un en décomposition et l’autre en formation. Je n’y mets que des produits exempts de traitements, pas d’emballages et de papiers, à cause des encres chimiques notamment. Je ferme les yeux sur le marc de café. Quand aux cendres, je les mélange et tout se passe bien. J’ajoute au compost, tous les produits du jardin, feuilles, fleurs, herbes avec graines (qui finissent par être absorbées par la faune présente), les fanes de pommes de terre, hors mis les branches, les coupes de rosiers et des arbustes que j’évacue en déchetterie.
    Ce qui reste raisonnable en gestion extérieure, car pensons que les déchetteries sont complétement dépassées par le volume à traiter ou à recycler, ce qui a un impact considérable sur nos impôts.
    Selon le temps de préparation, je peux otenir un bon compost en 6 à 8 mois. Je dois le retourner pour l’aérer, au moins 3 fois.
    Quand je mélange le compost à la terre, je lui redonne de la vie. C’est la base de tout ce qui vit.
    J’ai conservé la majeure partie des habitudes d’il y a plus de 50 ans. Je n’achète jamais d’engrais ou autres produits, sauf une fois la bouillie bordelaise dans la serre à titre préventif. Même le seul pied de vigne qui va me produire plus de 30 kg de raisins, est toujours en bonne santé, donc raisins nature. J’ai de beaux et délicieux légumes.
    J’achète seulement des légumes particuliers qui ne poussent pas dans ma région ou qui nécessitent de bien s’en ocupper en serre, avocats, poivrons, … Et bio, naturellement. Mes graines sont également bio.
    Cordialement,
    JB

  2. Celine dit :

     Bonjour,
    N’ayant ni jardin ni terrase, j’ai un vermicomposteur d’INTERIEUR depuis environ 1 an.
    Il fonctionne à merveille mais depuis 4 mois environ j’ai des mouchettes de type "mouches à fruit" et/ou " sciarides" partout dans la cave et elles remontent dans les espaces de vie.
    Que faire pour m’en débarrasser sans renoncer au compostage?
    Merci

  3. pacialouloute dit :

    j’ai mis quelques restes d’épluchures de fruits(peaux de bananes) et maintenant j’ai des fourmis dans mon composteur, j’ai peur quelles fassent leurs fourmillière à l’intérieur que dois-je faire pour y remédier? merçi de me donner quelques conseils.

  4. Véro dit :

     Bonjour
    J’ai fais un compost avec un composteur fermé, mais malgré tout, le compost prend la pluie et est trop humide.
     
    Comment faire pour le préserver ou le sécher ? merci de vos conseils 
    vero

  5. pinaudnico dit :

     Bois ou plastique ?
    Un début de réponse sur mon blog :
    http://mamaisonsolaire.over-blog.com
    En tout cas super outil

  6. Patrick dit :

    Les parois interne de mon composteur se sont recouvertes d’une grande quantité d’asticots qui semblent morts. Quelle peut en être la cause et surtout quel peut être le remède.
    Merci

  7. cyrille dit :

    Bonjour Aurélie,

    il est effectivement conseillé de ne pas mettre excréments de chien. Je pense que c’est surtout pour des raisons d’hygiène et de contamination bactériologique.

  8. aurelie dit :

    bonjour
    je me suis fait un composteur depuis quelque mois qui marche tres bien et bien ventilé , mais on ma dit que je devais pas mettre les excrements de chiens .
    si c vrai quelqu’un peut- il me le confirmé car pour l’instant  j’ai pas l’impression que ça pose probleme
    merci

  9. cyrille dit :

    Bonjour Yann,

    merci pour cette information. En plus le contact est en France. Plus pratique que l’Inde.

    Il semble pouvoir être utilisé pour les restes alimentaires.

    Voici quand même le lien pour le digesteur Made in India que j’évoquais :

    "http://www.arti-india.org/index2.php?option=com_content&do_pdf=1&id=45"

    Un système expérimental a aussi été installé en Allemagne à Lübeck.

    Le digesteur devrait être alimenté par les exréments et les déchets verts des habitants. Le biogaz récupéré servira à produire de l’électricité et de l’énergie pour chauffer les logements via une unité de cogénération.

    Voir les documents ci-après :

    Premier document : paragraphe 9.6

    Second document : page 10

  10. Yann dit :

    J’ai trouvé ceci sur les biodigesteurs: « http://www.acles.fr/category/fiches-techniques »
    Les 2 premieres fiches sont pas mal!

  11. Yann dit :

    Bonjour,
    Pour le biogaz, je ne sais pas … ça m’a l’air plutôt complexe, et nécessite un appareillage coûteux et volumineux. Je ne connais pas la méthode des Indiens, où peut-on trouver des infos sur leurs digesteurs?

  12. cyrille dit :

    Bonjour Yann;

    merci pour cette information. C’est une très bonne idée.

    Je pense que si l’on récupérait tout les déchets fermentiscibles d’un immeuble ou d’une maison et le féces et l’urine via des toilettes sèches, il serait possible de répondre à certains besoins énergétique de la maison.

    C’est un thème que l’on a un peu abordé sur le forum.

    Produire du biogaz à partir de ses déchets organiques

    Des Indiens fabriquent des digesteurs familiaux pour produire du biogaz à partir des déchets alimentaires, mais j’ai du mal à trouver des expériences similaires en France.

    Si vous avez des pistes, je suis preneur car ce sujet m’intéresse vraiment.

  13. Yann dit :

    Bonjour,
    Pour rebondir sur la température dans le composteur, un concept assez marrant a été développé au Japon: pour des salons de thé isolés ont été testées des structures circulaires dont le bas des murs sert à la fabrication du compost, de l’air circule dans des tubes insérés dans le compost sur tout le tour du bâtiment pour récupérer la chaleur et l’air est réinjecté dans le salon de thé!
    « http://habitat.rdc.fr/2010/03/le-compost-comme-chauffage-interieur »

  14. cyrille dit :

    J’ai rencontré hier un spécialiste du compost.

    Il m’a confirmé que si le compost est bien réalisé, il est tout à fait possible de mettre dans son compost les restes d’agrumes et les peaux de bananes une fois découpées en morceaux.

    Il m’a dit que les bactéries du compost appréciaient aussi beaucoup les restes de laitage, de jus de fruits, de jus d’orange ou de cirop, de bière (il était alsacien 😉 ) et qu’on pouvait tout à fait les mettre au compost.

    Il conseille aussi d’insérer du bois fragmenté.

    Par contre, il déconseille les produits carnés ainsi que les journaux, les cartons (toxicité des encres, des colles).

    Son compost était impressionnant, la température à l’intérieur du composteur montait à 70°C.

  15. cyrille dit :

    Bonjour Catherine,

    merci pour votre commentaire. J’ai testé aussi le lombricompostage quand j’habitais en appartement.

    Cela fonctionnait plutôt bien, même si j’ai eu quelques petits désagrément avec mon lombricomposteur auto-construit (moucherons).

    J’ai aussi pu me servir du compost obtenu pour le rempotage.

    Vous avez raison, je trouve tout comme vous que l’entretien est simple et c’est une très bonne solution quand on habite en appartement. Cela a aussi un coté ludique et pédagogique, notamment quand on a des enfants.

  16. catherine dit :

    Bonjour, que de bonnes idées!
    Et pour ceux qui n’ont pas de jardin, il reste la possibilité d’installer un composteur à lombrics dans un coin de son appartement ou sur une loggia. J’ai adopté cette solution et en suis très satisfaite: pas d’odeur, pas de moucherons et, avec un peu de patience, du bon compost pour, entre autres, rempoter mes plantes! L’encombrement au sol est réduit (40 X 40) et la hauteur (nombre de bacs) est adaptable selon la composition de la famille  – dont dépend le volume de déchets.
    Côté entretien, c’est simple: les lombrics font tout le travail, il n’y a même pas besoin de mélanger! Les seules restrictions sont les matières animales (viande, beurre, laitages, litière d’animaux omni ou carnivores) et les aliments naturellement vermifuges (ail, oignon, notamment) ou trop acides (agrumes). Sinon, des peaux de banane aux boîtes d’oeufs en carton en passant par la litière du lapin (herbivore strict) et les sachets de thé et le marc de café, tout y passe!

  17. nicolas dit :

    Bonjour,
    Je me suis lancé dans le compostage l’année dernière, tout d’abord avec un composteur de taille moyenne subventionné par la ville, puis cette année avec un second plus grand que j’ai réalisé avec des palettes récupérées dans une jardinerie. La différence par rapport au premier, c’est qu’il est aéré. Le rendement est bon, c’est agréable, il n’y a pas d’odeurs, que des bonnes ! beaucoup d’activités animales à l’intérieur, et c’est plaisant d’aller lui rendre visite et de le voir vivre.
    Beaucoup de choses sont écrites sur ce que l’on y met ou pas. Pour ma part, j’ai évité tout déchet animal (reste d’assiettes) … ou gras (fromages…), et pour le reste du bon sens, et pas mal de questions encore…
    Bonne chance, faites-le, même en proche banlieue Parisienne,  à 10 minutes de l’Etoile

  18.  Merci pour tout vos conseils! si le bois est traité, je mettrais une bâche à l’intérieur du composteur pour que les matière ne soit pas en contact avec le bois.

  19. cyrille dit :

    Bonjour Cerise,

    merci bcp pour ces précisions.

    Je sais que l’on utilise le traitement pour "traiter" le bois (bois rétifié) pour faire des terrasses… mais les températures de traitement sont plus élevées (jusqu’à 240 °C) mais cela semble très efficace car le méthyl bromide, je me demande si c’est très écologique.

  20. cerise dit :

    les palettes sont  soumises " à l’un des traitements approuvés prévus à l’annexe I de la NIMP15 soit :
    – Traitement à la chaleur (Heat treatment HT) 56°C au coeur du bois pendant au moins 30 minutes ou,
    – Fumigation au CH3Br (Methyl bromide MB) avec respect des concentrations, durée et températures."
    (www.palettes.fr/actualites/la-norme-nimp15-ou-ismp15.html)
    je pense que les "jetables" sont juste traitées à la chaleur, le traitement sans doute plus cher doit concerner celles qui servent plus longtemps et sont consignées.
     

  21. Yann dit :

    L’huile essentielle de citron est antibactérienne, antiseptique et antivirale, cette huile est obtenue à partir de la peau.
    Pour l’action antibiotique pure, ce seraient plus les pépins, notamment les pépins de pamplemousse
    Les autres agrumes doivent avoir des propriétés similaires, à plus ou moins grande concentration.
    Il faut aussi éviter l’ail, antibiotique également . Voir : « www.vulgaris-medical.com/encyclopedie/antibiotique-naturel-489.html »

  22. cyrille dit :

    Bonjour Frédéric,

    c’est clair qu’il est possible de réaliser bcp de choses avec des palettes. En plus, quand on prend des matériaux, la palette est payante, autant la récupérer.

    Par contre, ce qui m’ennuie un peu, c’est le traitement chimique qu’elle a du recevoir.

    Je ne sais pas s’il existe des palettes non traitées mais elles sont certainement moins résistantes.

    Bonjour Yann,

    je ne connaissais pas les propriétés antibiotiques des peaux d’agrumes? Pourriez-vous m’en dire plus ?

    J’ai inséré les écorces d’agrumes dans le tableau car l’Ademe dit qu’elles sont compostables. Par contre, l’Ademe précise qu’elles sont difficilement dégradables et acides. Du coup, il conseille de ne pas trop en mettre.

    Afin de les dégrader complètement, il conseille aussi de leur faire subir éventuellement plusieurs cycles de compostage.

    De notre coté, nous n’en mettons pas à ce jour, ni de peaux de bananes. Il faudrait que l’on réalise un essai.

    Pour les filtres, je pense que vous avez raison. Il faut essayer de mettre au compost des filtres qui soient non blanchis ou qui porte un ecolabel.

    Plus largement, je trouve dommage de mettre au compost des éléments non bio qui contiennent des résidus de pesticides.

    Bonjour Julien,
    j’espère que votre propriétaire acceptera :-)
    Cela réduirait encore votre empreinte écologique qui est déjà très bonne 😉
    Vous m’aviez dit que vous envisagiez aussi le lombricompostage, cela reste une bonne option si vous ne disposez pas de beaucoup de place.

  23. Yann dit :

    Bonjour,
    Merci pour cet article qui synthétise bien le sujet.
    Il me semblait que les peaux d’agrumes n’étaient pas compostables du tout, notamment en raison de leurs propriétés antibiotiques ?
    Pour les filtres à café, je pense qu’il faut éviter les filtres blanchis au chlore.

  24. Julien dit :

    Merci pour cet article qui tombe pile au bon moment pour moi. Je m’apprête à présenter un projet de compost à ma propriétaire, voila qui me permettra d’étayer mes dires!

  25.  Bonjour Cyrille, oui je vais construire ce composteur avec des palettes de récupération. j’ai déjà construit 2 grands bacs à fleurs pour faire plaisir à des gens qui ont de faibles revenus, 1 abris  à buche pour moi, et bientôt un petit manège pour des enfants. On peut faire beaucoup de chose avec des palettes! et, investir dans de bons outils est très intéressant.

  26. cyrille dit :

    Bonjour Frédéric,

    merci pour votre message. Encore une fois votre démarche est interressante.

    Vous souhaitez le construire avec de vieilles palettes ?

     

  27. J’ai l’intention de construire un petit composteur et, je trouve sur cet article de bons conseils pour obtenir un bon compost. intéressant à savoir, les matières qui sont pas compostées, le tableau avec les solutions.
    Bravo et merci pour cet article, qui va m’aider dans ce projet, car je suis novice dans cette matière.

Poster un commentaire

Laisser un commentaire

Je m'abonne au flux RSS des commentaires de cet article.