Inscription Connexion Flux rss Plan du site

Herboristerie familiale : le potager-coin de santé

Le 14/02/12 par Vincent.F

Comment se constituer un potager-coin de santé ? Un petit coin d’arômes et de vertus aussi bénéfique au goût qu’à l’équilibre alimentaire et la santé est possible. Connaitre les propriétés des plantes aromatiques, fleurs, légumes et fruits locaux est un véritable point fort pour rester en bonne santé toute l’année.

Parce que savoir qu’une infusion de pissenlit ou de pensées est un remède aux problèmes de peau, que la marjolaine soigne le mal de gorge, le pin sylvestre, le nez bouché… permet d’optimiser son mode de vie et son alimentation en fonction de ce que la nature peut offrir. En effet, saviez-vous que consommer des tomates en hiver ne nous apporte rien du tout ? La tomate est un fruit d’été, qui apporte des substances protectrice à notre peau face au soleil… Il y a une logique qui, si elle est respectée, apportera de nombreux bienfaits à l’organisme.

Alors, si vous souhaitez savoir comment utiliser la nature pour se soigner des maux courants (rhumes, fièvres, nez bouché, insomnies, fatigues, indigestion), et ne pas se rendre systématiquement en pharmacie au moindre signe, ce qui suit vous intéressera surement beaucoup !

Du latin "plantago" : plante qui agit. Le plantain, considéré comme de la mauvaise herbe, est très efficace contre la toux...

Repères :

Je me suis longuement entretenu avec Muriel Charlier Kerbiguet, coordinatrice de projets et de formation pour Cap’Santé. L’association bretonne agit pour la connaissance active des plantes de santé. Cela passe par la transmission d’un savoir botanique, par une alimentation saine et l’entretien d’un lien durable avec le végétal et la terre. L’association propose des formations professionnelles ainsi que des formations pour tous.

Restitution de l’entretien :

Des usages de l’herboristerie familiale :

Il faut bien différencier l’herboristerie, dont nous traiterons ici, et dont le champ d’action est le soin de tous les jours, et la phytothérapie, qui est une forme de médecine, soignant des pathologies. Bien entendu, se soigner par les plantes est une action complémentaire. Elle ne remplace pas le moins du monde l’avis d’un médecin ou un traitement prescrit.

L’herboristerie est une façon, par la connaissance des propriétés médicinales des plantes, de recréer un lien avec la nature et de se réapproprier sa santé. Ce n’est pas une forme de médecine.

Les plantes aromatiques et médicinales (PAM) sont utilisées partout dans le monde, depuis toujours. A des époques similaires, au Moyen-Orient, en Afrique, ou en Europe, on utilisait les plantes locales pour soigner les mêmes problèmes. Environ 40% des médicaments français sont issus directement des plantes ou fabriqués à partir de molécules de plantes.

Par rapport au code de la santé publique, les plantes médicinales doivent présenter une action thérapeutique. Les plantes médicinales possédant des propriétés médicamenteuses, sont normalement vendues en pharmacie, sauf dérogation. En France, à été mise à jour en 2008, une liste de 148 plantes qui sont actuellement en vente libre. Il est possible de se les procurer chez des producteurs, sur un marché, dans des magasins bio… Les autres plantes sont donc vendues en pharmacie.

L’herboristerie va permettre de soulager les petits maux ou bobos de tous les jours, d’avoir sous la main, dans son potager ou dans des jardinières, des plantes, des légumes, qui permettent d’améliorer la santé.

L’utilisation des plantes présente des avantages économiques, écologiques, et un intérêt au niveau de la santé publique également.

 

Suite page 2 : Que planter dans son potager/jardin/jardinière-coin de santé ?

Poster un commentaire
  1. Vincent.F dit :

     @ Marie

    Merci ! C’est vrai que leurs formations doivent être très instructives. Cela dit,ça ne m’empêche pas de soigner mon rhume actuellement à coups d’infusion de thym 🙂

  2. Marie dit :

    Bon article, très interessant, dommage que le site de formation soit en Bretagne.

Poster un commentaire

Laisser un commentaire

Je m'abonne au flux RSS des commentaires de cet article.